Suggestions

Suggestions pour des Masters en sciences sociales sur l’effondrisme

Un déclencheur de l’ouverture de ce carnet Collapsocio a été d’entendre parler de recherches, conduites souvent par des étudiant.e.s de Master, et qui n’avaient pas connaissance les unes des autres. Or, on peut se dire que davantage de circulation des enquêtes déjà abouties, et davantage de visibilité entre les enquêtes menées en parallèle, profiterait à la qualité de chacune.

On peut aussi souligner l’intérêt civique de structurer un champ de recherche sur cette thématique, à un moment où la question écologique est source d’un trouble croissant, auquel les gouvernants tentent parfois de répondre à travers des formes institutionnelles inédites (par ex : la Convention Citoyens Climat), et où sa forme effondriste (ou collapse-oriented en anglais ?) semble s’inscrire dans une tendance plus vaste à la radicalisation.

Sans nécessairement rompre, au moins en tant que chercheur (et a fortiori peut-être, étudiant.chercheur/se), avec une position prudemment agnostique vis-à-vis de la conviction effondriste, il est possible, et à notre avis politiquement utile, de décloisonner le public des théories de l’effondrement par rapport aux grandes polarités, catégorisations et institutions qui structurent la vie sociale. Autrement dit : faire atterrir socialement ce qui est jusqu’ici surtout endossé ou débattu comme une pure proposition intellectuelle, rivale d’approches de l’écologie déjà acclimatées en sciences sociales. Et inversement, installer les expériences effondristes parmi les objets de la sociologie (je cible ici particulièrement cette discipline) et montrer que ces expériences se prêtent à ses questions les plus classiques peut contribuer à l’armer face à des bouleversements qui menacent ses fondations durkheimiennes et auraient tendance à la décentrer par rapport aux renouvellements récents de la critique.

Ce billet s’adresse donc en particulier aux étudiant.e.s de Master, en sociologie et dans les disciplines voisines, qui envisageraient d’entreprendre des enquêtes concernant plus ou moins frontalement la réception de l’effondrisme, et chercheraient un angle d’approche. Il n’en manque pas, comme on peut s’en rendre compte en parcourant la liste des réseaux thématiques de l’AFS et en imaginant les possibilités offertes par chacun (https://afs-socio.fr/rts/), et davantage encore en en combinant plusieurs.

Il va de soi que le RT38 (« Sociologie de l’environnement et des risques »), au sein duquel notre propre enquête en cours a été présentée à l’été 2019, est dans tous les cas concerné par l’effondrisme en tant que variante récemment émergée de l’écologie. Les forums électroniques peuvent servir de points d’entrée empirique (#26 « Réseaux sociaux »). Ils sont nombreux (Transition 2030, La collapso heureuse, Collapsologie, les limites à la croissance, Transition 2030 pour les nuls, Adope un.e collapso, Travaille avec un collapso… mais aussi, en anglais, le reddit « collapse » qui indique 140 000 abonnés en octobre 2019 et permettrait d’internationaliser le questionnement sur la diffusion de l’idée de « collapse »).

Message de prévention santé mentale du forum Reddit « Collapse » :

Il en existe des déclinaisons locales (« Transition 2030 Paris », « Adrastia Paris », « Les Pochtrons de l’apocalypse », « Collapsologie Charente », etc.) qui permettent d’embrayer sur des observations de rencontres ou des entretiens menés en minimisant les déplacements. On peut aussi se reporter à des forums a priori moins spécialisés, constitués autour de divers centres d’intérêts. Je signale ici comme exemple la discussion consacrée à la « collapsologie » sur le forum « Live Saez », sur lequel les amateurs de ce chanteur discutent de nombreux sujets politiques et sociaux.

Modérer l’effondrement? À partir d’une entrée sur les réseaux sociaux, il serait par exemple intéressant, pourvu que l’on parvienne à en rencontrer une fraction significative, d’enquêter sur les trajectoires sociales (#22 « Parcours de vie et dynamiques sociales ») des administrateurs/modérateurs des forums, ainsi que sur leur rapport à l’autorité savante (#27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise »), éventuellement en lien avec la « zététique », mise en avant par certains comme un garde-fou et un gage de rationalité, ou avec les savoirs scolaires, professionnels et autres qu’ils peuvent mobiliser.

Blogs effondristes : outre les modérateurs, une recherche pourrait porter sur les animateurs (parfois des associations, parfois des particuliers) de divers sites ou blogs qui se sont multipliés, tels que Théorie de l’effondrement, Collapsolidaire, Collabsologie, sosmaires, Le CollapsoBlog, Résilience & Transition, ce blog médiapart, ou Collapsosanté. Un corpus de blogs inspirés par le consultant Jean-Marc Jancovici (comme celui-ci par exemple) pourrait être intéressant. Les blogs étrangers qui tentent d’exporter la « collapsologie » française dans d’autres pays et d’autres langues pourraient y être ajoutés (comme par ex. ce billet d’un blog suédois ou celui-ci en allemand).

Également autour de Jean-Marc Jancovici, une étude sur le Shift Project rejoindrait sans doute des questions habituelles du RT #27.

On pourrait aussi se donner pour objet un certain type de trajectoires (d’implantation néorurale, par exemple, en prolongeant le mémoire de Jean Autard), et poster sur des forums un appel à témoignages pour accéder à des interviews.

Les témoignages de tensions familiales (#RT33 : « famille) liées à des désaccords quant à la perspectives de l’effondrement sont courantes sur les forums les plus tournés vers l’expérience personnelle. Comment l’affirmation d’une crise globale de reproduction du vivant vient-elle troubler ou reconfigurer une institution vouée à la reproduction? Anne Gagnant de Weck a commencé une recherche à ce sujet.

L’argent des effondré.e.s ? Le rapport à l’argent et à la banque ou à l’assurance, à la façon des travaux de Jeanne Lazarus, par exemple, pourrait être au centre d’une enquête, ou une dimension à creuser systématiquement dans une enquête suffisamment approfondie pour accéder à ce domaine de pratiques (RT 12: « Sociologie économique »). Ce billet d’un blog de gestion de patrimoine, invitant à reconsidérer la gestion de biens en vue d’une « résilience » et dans l’anticipation de ruptures majeures, illustre la plasticité du terme d' »effondrement », entre les préoccupations liées aux incertitudes économiques et celles qui s’appuient sur des métriques d’écologie scientifique. C’est probablement aussi un bon angle pour aborder la question des porrosités, mais aussi peut-être des différences, avec des discours de défiance envers les institutions financières, provenant plutôt d’une droite révolutionnaire, héritière d’un imaginaire assez chargé en ce qui concerne la méfiance envers la « finance ».

Les communautés intentionnelles de l’effondrement. Différents projets « d’écolieux » ou d’habitat rural partagé (ex : les « communes imaginées » de « la suite du monde ») relèvent de la sociologie des « utopies communautaires », auxquelles Laurent Jeanpierre consacre un séminaire, en repartant notamment de l’essai classique de Bernard Lacroix sur les communautés des années 1970. Aussi discutable qu’elle soit, la thèse centrale de ce livre soulignait l’intérêt de disposer de données sur les origines sociales, les dotations scolaires, expériences professionnelles et ressources économiques variées des protagonistes de la vie communautaire. Tout en mobilisant un cadre d’analyse proche, Danièle Hervieu-Léger proposait en 1982 une analyse plus prudente des « affinités » de « l’apocalyptique écologique » avec certaines trajectoires sociales marquées par le décalage entre le capital culturel et la « précarité ». Son analyse nous renvoie à une figure sociale que nous avons étudiée, mais qui sans y être absente n’est pas centrale au sein de la vague effondriste actuelle.

L’hypothèse effondriste comme épreuve de genre : la question des rapports de genre (RT#24), de leurs extrapolations imaginaires et de leurs déclinaisons pratiques parmi les internautes des forums effondristes (soit uniquement à partir d’observations de forums, soit en y associant des interviews) serait bienvenue. On pourrait en particulier s’interroger sur les rapprochements et les frictions entre les espaces voués à discuter de « l’effondrement » et ceux consacrés aux idées masculinistes, comme Matthew Schneider-Mayerson a commencé à le faire au sujet du peak-oilisme.

Automédiatisations effondristes : en sociologie des médias (#RT37) ou information-communication, il y aurait sans doute matière à enquête autour du fonctionnement des podcasts tels que Présages, ou de la série Youtube Next, dont le réalisateur Clément Montfort organise parfois des diffusions à Paris, qui peuvent donner accès à des fractions particulièrement mobilisées de son public. Pensons également au site Thinkerview, qui couvre des thématiques beaucoup plus larges, mais a nettement contribué à diffuser les théories de l’effondrement par ses interviews de Pablo Servigne, Vincent Mignerot ou Philippe Bihouix. Nombreux sont les acteurs, en contexte associatif ou de vulgarisation, qui indiquent Thinkerview comme le point de départ de leur parcours effondriste. Par ailleurs, Thinkerview fait l’objet d’un questionnement quant à son positionnement politique. Un accès empirique à son public serait intéressant au-delà de sa place dans l’étude de l’effondrisme.

Le champ politique au prisme de l’effondrisme: les prises de positions d’organisations politiques, ou de médias ou d’organisations politiquement marquées, se sont multipliées (tout dernièrement: l’UCL, après Lutte Ouvrière, Le Monde Diplo, Alternatiba, La Décroissance, Contretemps, Télos, etc.), de sorte que l’on commence à disposer d’un corpus assez conséquent permettant une analyse classique rapportant les prises de position aux positions, mais aussi s’interrogeant sur les éventuelles reconfigurations du champ politique (ou d’une de ses régions) autour de cette proposition.

On pourrait enquêter sur les trajectoires (ou tentatives) de professionnalisation effondriste, au sein de professions tournées vers l’expertise, mais aussi parmi celles du développement personnel (RT1: « Savoirs, travail, professions »). La « collapsologie académie » qui vient d’apparaître sur le net avec une offre de formations théoriques et pratiques, pourrait sans doute être étudiée sous cet angle.

Enfin, des questionnaires peuvent être diffusés sur les groupes électroniques, en s’inspirant de ce qui a déjà été fait, ainsi que de l’expertise accumulée au RT20: « Méthodes ». La conception des questionnaires pourrait chercher à situer les répondant.e.s des groupes collapsos à la fois par rapport aux données socio-démographiques de base (en reprenant telles quelles quelques questions d’une enquête de l’Insee) et par rapport aux grandes enquêtes existantes sur les questions écologiques (à partir de questions tirées de questionnaires de l’ADEME, par exemple), outre des modules de question plus ciblés sur l’expérience effondriste. L’intérêt de la coordination est ici plus fort que pour d’autres méthodes.

Au-delà de cette page de suggestions destinée à évoluer, il est possible de me contacter pour discuter des recherches envisagées, faciliter l’accès aux terrains dont je connais déjà les acteurs, ou entrer en contact avec d’autres chercheurs qui pourraient vous aider.

Bon travail, et n’hésitez pas à faire savoir ce que vous faites!