Répertoire des travaux

Cette page répertorie les mémoires soutenus ces dernières années, en sociologie et plus largement en sciences sociales, sur la circulation de l’idée d’effondrement, et sur les expériences et les pratiques auxquelles cette circulation donne lieu. Elle s’étend également à quelques travaux de référence qui ont posé les bases du champ de recherche, et à des travaux en cours. Elle est destinée à évoluer au gré de l’information disponible. Les retours et suggestions d’ajouts sont donc bienvenus, sous réserve d’appréciation du contenu. Il s’agit en particulier de donner aux étudiant.e.s qui s’inscrivent cet automne et souhaitent travailler sur cette thématique une idée de ce qui a déjà été fait. On se limite pour le moment aux travaux portant au moins en partie sur la France, en se réservant de regarder ailleurs dans de prochains billets. Si vous souhaitez rectifier les indications concernant vos travaux, ou ne plus figurer dans cette liste, écrivez-moi.

Les travaux de ces dernières années en sciences sociales autour de la diffusion de l’idée d’effondrement ont été précédés par une poignée de thèses de doctorat.

Soutenue la même année, la thèse de Bertrand Vidal porte sur Les représentations collectives de l’événement-catastrophe : étude sociologique sur les peurs contemporaines. Cependant, tout en présentant un apport empirique intéressant, plus abordable dans le livre de 2018 (dont on trouvera par ex. ici une réaction de lecteur « résilient », proche du groupe étudié), elle représente une base moins évidente à utiliser du fait de son inscription dans un courant sociologique controversé.

Enfin, dans une thèse soutenue en 2018, Jean Chamel a étudié le réseau intellectuel au sein duquel la « collapsologie » a été élaborée : « Tout est lié ». Ethnographie d’une réseau d’intellectuels engagés de l’écologie (France-Suisse) : de l’effondrement systémique à l’écospiritualité holiste et moniste. Thèse de science des religions. Université de Lausanne.

L’illustration ci-jointe est tirée de l’article de Jean Chamel dans Terrain (2019): « Faire le deuil d’un monde qui meurt ».

Plusieurs mémoires de Master ont été soutenus « à l’ombre » de ces thèses (inégalement) fondatrices d’un champ de recherches :

  • Jean Autard : Trajectoires croisées vers l’installation néorurale paysanne Mémoire de Master 1 en sociologie, sous la direction de Geneviève Pruvost. EHESS-ENS, 2017. Le mémoire souligne l’influence des théories de l’effondrement dans plusieurs des trajectoires sociales étudiées.
  • Steve Fierens : L’impact des théories de l’effondrement sur le mouvement des ZAD. Étude de cas chez les zadistes de Roybon et de Notre-Dame-des-Landes. Mémoire de Master en Sciences de la population et du développement. Sous la direction d’Edwin Zaccai et de Pierre Lannoy. Université Libre de Bruxelles, 2018. (résumé ci-dessous)
résumé du mémoire de Steve Fierens.
  • Maxime Bello : Du confort, l’autre. Sociologie des régimes affectifs opérant dans la recherche d’une vie post-pétrole. Mémoire de Master 2 de sociologie. Université de Nanterre. 2018. Ce mémoire a été réalisé à partir d’un terrain au sein du mouvement des Villes en Transition.
  • Charlotte Salzard : La carrière de l’effondré. Master SIRS (Sociologie de l’Innovation et Recompositions Sociales). Université Grenoble-Alpes. 2019.
  • Guillaume Pitiot : Walter Benjamin à la rescousse de l’effondrement. Repenser un concept de révolution capable de faire une brèche dans le cours du désastre. M1 de philosophie, sous la direction de Patrice Maniglier. Université de Nanterre, 2019.
  • Sophie Kloetzli: Le traitement médiatique des théories de l’effondrement. Usages des émotions, entre sensationnalisme et engagement. Mémoire de M2 Master Médias, Langages et Sociétés, dirigé par M. Rieffel et M. Legavre. Université Panthéon Assas, IFP, septembre 2019.

Toujours au niveau Master, une enquête collective est en cours dans le cadre de l’enseignement de Jean-Baptiste Comby en Master 2 « Médias, Langage et Société » à l’Institut Français de Presse de l’Université Paris 2: Quelles sont les conditions sociales de la médiatisation de la collapsologie et des théories de l’effondrement en France depuis 2015 ? Pour éclairer cette question, un corpus d’environ 230 articles publiés ces quatre dernières années dans treize journaux généralistes, quotidiens ou hebdomadaires, a été constitué via Europresse. Ce corpus tend et prétend à l’exhaustivité. L’analyse sociologique de son contenu doit permettre de préciser les modalités, les temporalités et les contours sociaux de la mise en visibilité publique des récits collapsologiques.

Enfin (en attendant d’ouvrir une rubrique spécifiquement anglophone), Robyn Wagoner, qui administre le forum Facebook Abrupt Climate Change (décrit dans cet article journalistique), a soutenu en 2015 un Master d’études environnementales qui reposait sur un questionnaire administré au sein des forums consacrés à la near-term human extinction (NTHE). Hopeless & mindful. In response to Abrupt Climate Change. The Evergreen State College, June 2015.

Répartition des répondants par statut/profession, fig 64 p. 92 dans le mémoire de Robyn Wagoner.

Outre les Masters déjà soutenus, des thèses sont en cours :

  • Jean Le Goff : Imaginaires et pratiques de la sobriété volontaire dans les mouvements écologistes. Thèse de psycho-sociologie en cours à Paris 7, sous la direction de F. Giust-Desprairies. Sans être précisément centrée sur l’effondrisme, cette thèse accorde une place centrale à « l’angoisse » chez les militants écologistes, donc à l’anticipation de catastrophes.
  • Anne Rumin : Structures discursives et formes d’action de la collapsologie : l’effondrement comme catégorie du politique. Thèse de théorie politique en cours depuis 2018 au CEVIPOF, Sciences-Po Paris.
  • Gabriel Salerno, Assistant doctorant à la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’université de Lausanne, mène une thèse en humanités environnementales sur les effondrements de civilisation.
  • Loïc Steffan : Piloter les représentations de l’urgence climatique et des effondrements : comment les nouvelles narrations autour de l’urgence climatique et de la collapsologie bouleversent le monde du management et des décideurs. En co-direction : Marie-Christine Zelem et Julien Milanési. Il a déjà mené à bien en 2018 un questionnaire administré aux internautes de groupes Facebook dédiés à l’effondrement.
  • Léna Zilberzahn : Les Affects de l’Anthropocène: Dialectiques de l’impuissance et travail de la peur écologique. Thèse de théorie politique en cours depuis 2019 au CEVIPOF, Sciences-Po Paris.

On peut également signaler quelques travaux conduits de façon indépendante :

  • Cyprien Tasset : un premier article (« Les « effondrés anonymes » ? S’associer autour d’un constat de dépassement des limites planétaires », La Pensée écologique, 1(3), 53-62) donne un aperçu de notre enquête: « En nous appuyant essentiellement sur le volet numérique d’une enquête en cours sur les formes collectives hésitantes qui se constituent autour de la conviction catastrophiste, nous nuancerons les inquiétudes sur son caractère dépolitisant, en montrant qu’elle pousse à chercher des appuis collectifs pour surmonter l’impuissance et l’isolement, et pour soutenir des parcours d’autodidaxie. »
  • Anne Gagnant de Weck travaille sur « Normes sociales, famille et effondrement ». Elle enquête sur la façon dont les questions environnementales retravaillent de l’intérieur les relations familiales. Les immenses défis environnementaux auxquels nous sommes confrontés mettent en jeu, de bien des manières, les relations familiales et en particulier les relations intergénérationnelles, tant l’urgence écologique questionne notre rapport au futur (qu’allons nous devenir ?) et au passé (comment en sommes-nous arrivés là ?). Il s’agit de comprendre ce que l’urgence écologique fait à la famille et comment ces enjeux globaux se retraduisent dans les relations intimes, entre les grands-parents / parents / enfants, entre conjoints, entre frères et soeurs, etc.