Survivalisme, État et fragilité

Compte-rendu de Nathan Gaborit: Ceux qui se préparent. Faire face à la « rupture de la normalité » dans le monde de la survie en France, Mémoire de Master 2 en sciences politiques, IEP de Paris, 2021.

Outre les obstacles d’accès à des terrains, le « survivalisme » présente à la sociologie des difficultés relevant plutôt de la construction d’objet :

  • La surdétermination normative, ou comme écrit Nathan Gaborit, le « registre théorico-normatif » (p. 10 – toutes les paginations de ce billet renvoient à son mémoire). Le personnage typique du « survivaliste » a pris place au cours de ces dernières années parmi les lieux communs qui balisent les réflexions sur l’écologie (voir par ex: Preparing for Collapse: The Concerning Rise of “Eco-Survivalism”). Il est important de se rendre compte des multiples façons dont des acteurs privilégiés se projettent dans un avenir qui s’excepte d’un lot commun catastrophique, mais le risque est alors de rabattre l’approche empirique du « survivalisme » à ce qui peut servir à définir en négatif une politique écologique souhaitable.
  • La décontextualisation folklorique, qui permet de se dégager des motifs de « concern » qui constituent la difficulté précédente, en construisant le survivalisme cette fois-ci comme une unité (sub-)culturelle, que l’enquête déclinerait en un chatoiement de détails folkloriques sans autres liens au reste de la vie sociale qu’une participation à un « imaginaire » contemporain, réceptacle de spéculations savantes éclectiques sur l’air du temps.

Le mémoire de Nathan Gaborit se démarque de ces deux voies en plaçant le rapport à l’État au cœur de son questionnement. Il soulève en effet un « paradoxe, caractérisé par d’un côté l’opposition apparente entre le survivalisme et l’État, et de l’autre, une certaine porosité entre ces sphères, ainsi que la mobilisation de schèmes discursifs similaires » (p. 6). Le « monde de la survie », autrement dit le champ de pratique de « ceux qui se préparent » à une « rupture de la normalité », est structuré par l’Etat à plusieurs titres, ou « traversé… par un paradigme gouvernemental » (p. 127).

Retenons deux sources parmi les appuis dont bénéficie le mémoire sur ce point :

  • Les travaux de sa directrice de mémoire sur le « monde des catastrophes naturelles » et leur prise en charge par des organisations internationales.
  • L’article brillant de Kezia Barker sur le « prepping » britannique, qui refuse son renvoi paresseux à une altérité pathologique et le comprend au contraire comme une réponse à la destruction néolibérale des supports collectifs et à l’injonction, relayée par les pouvoirs publics, à se responsabiliser : « la préparation britannique répond souvent aux fragilités personnelles, quotidiennes et “ordinaires” engendrées par les politiques d’austérité » (p. 11).

Cette attention à la « fragilité », suggérée par certains travaux ethnographiques, est aussi ici cultivée en s’inspirant d’Antoine Hennion, et en particulier d’un article coécrit avec Alexandre Monnin :

Paragraphe de clôture du mémoire de Nathan Gaborit, p. 132.

L’enquête sur le survivalisme ne cherche plus alors ses effets prioritairement dans le caractère intriguant ou condamnable de son objet nominal, mais veut se ranger dans « une socio-anthropologie des fragilités et des prises sur le monde au regard des futurs possibles, craints comme espérés » (p. 12). Il est alors cohérent de s’écarter d’approches davantage marquées par des jugements politiques : « la disqualification a priori de telles pratiques sous prétexte qu’elles seraient nécessairement individualistes, dépolitisées, maladroites ou même malsaines, nuit à la bonne compréhension de ce que l’expérience de la fragilité, vraisemblablement accentuée et plus fréquente lorsque l’imminence du désastre écologique se joint aux conséquences sociales des politiques néolibérales, nous fait – ou ne nous fait pas – faire » (p. 12). Le pari serait alors que cet allongement pragmatiste & compréhensif du détour vers la politique pourra fournir à celle-ci davantage de prises que les dénonciations qui sous-estiment l’érosion de l’autorité depuis laquelle elles s’énoncent.

Le corps du mémoire montre que ce cadre théorique est praticable dans les limites d’un Master. De concert avec une anthropologie de la « multiplicité des temporalités » (qui peut d’ailleurs rencontrer l’effondrisme en cours d’enquête, comme Madeleine Sallustio dans sa thèse sur les pratiques néo-paysannes), qui est aussi à l’œuvre chez N. Gaborit (p. 122 sq.), il constitue une proposition pour l’intégration des enquêtes en cours sur l’effondrisme dans des programmes plus larges.

Les histoires éclatées du survivalisme en France

Une première partie du mémoire offre une bonne synthèse des éléments qui concourrent à structurer le champ de la préparation à une rupture de normalité en France. Celui-ci « résulte d’histoires éclatées ». Un premier pôle de « rationalité gouvernementale » (militaire & de sécurité civile) a infusé au cours des dernières décennies du côté du management ainsi que de pratiques de loisirs qui en suivent la rationalité. Un second pôle, celui du « survivalisme » explicitement formulé et revendiqué comme tel, découle des reformulations et réactivations successives par la droite nationale-révolutionnaire française des propositions d’un essayiste suprémaciste blanc aux USA dans les années 1970.

La proximité de certaines positions de cet auteur avec des thématiques écologistes est troublante : « Our future lies in the past. (…) We can drop out and recreate the system of our own vigorous and creative ancestors. We can start with 19th Century science before it got away from the individual craftsman and innovator and was taken over by the accumulators of wealth and power. We can take up where our own ancestors left off in the development of sun, wind and steam power. Instead of letting the oil and utility companies sell us energy we can harness our own in community life-support systems. Throughout this paper, issue by issue by issue, you will see the possibilities for independence from the bigness which has put us all in so much danger » (Saxon, 1976, cité par N. Gaborit p. 31).

Mais ce courant très explicitement politisé est éclipsé en 2011 par le succès de l’essai Survivre à l’effondrement économique d’un ancien cadre commercial, proche du mouvement Egalité & Réconciliation, qui panache des références classiques de l’extrême droite dans un ensemble plus éclectique et ouvert à l’écologie, et prétend qu’il est temps de dépasser les arguties politiques vers l’impératif pratique de la préparation. Cette neutralisation partielle de la dimension partisane du survivalisme a facilité la sympathie d’une autre branche, celle des communautés électroniques du pic pétrolier, originellement ancrées à gauche mais disposées à discuter, face à l’imminence perçue de l’échéance catastrophique, d’un « Plan C » en cas d’échec du plan B de bifurcation radicale qu’ils aimeraient imposer, à l’encontre du plan A qu’est la poursuite du cours insoutenable des choses. Un traitement quantitatif des termes des échanges sur le forum électronique de ce courant montre que le terme d’« effondrement » y émerge à la suite de la parution du livre de San Giorgio en 2011, sans que la « collapsologie » de Servigne & Stevens y trouve un écho particulier.

Pluralité des motifs et des styles de préparation

A partir de l’enquête (interviews avec une quinzaine de personnes principalement rencontrées via les réseaux électroniques « survivalistes » francophones) une pluralité de formes de préparation apparaît, qui reflète et continue à entremêler les fils historiques discernés à la partie précédente. Les parcours de préparation émergent sur fond d’attachements perçus comme fragilisés, autrement dit « de l’expérience de la fragilité accompagnée d’une perte de prise sur un monde auquel on tient » (p. 88). Certains de ces attachements menacés tendent à être associés à des styles particuliers de préparation.

  • Un « ordre existentiel » dont la fragilité peut être éprouvée, par exemple, lors d’un incendie, → « style prévoyant » (p. 113) proche des conseils gouvernementaux aux populations civiles dans l’éventualité d’une évacuation.
  • Un « ordre sécuritaire » → style de préparation « militariste » (p. 112), souvent en continuité avec des expériences professionnelles ou para-professionnelle : « [n]ombreux sont […] ceux qui, par leur expérience de militaire, souvent d’infirmier ou encore d’acteur de la Protection Civile, justifient leur intérêt pour ces enjeux et donnent un ancrage institutionnel à leur savoir » (p. 62). La mise en scène (particulièrement masculine) d’expériences d’exposition au danger, où l’homme « se place en figure héroïque d’une situation exceptionnelle à venir » (p. 63), appelle une lecture de genre, et a déjà été bien remarquée dans des publications anglophones, comme cet article sur la « masculinité apocalyptique ».
  • Un « ordre des valeurs » (nationales, familiales : références conservatrices) débouche plutôt sur un style « communautariste » mettant l’accent sur « l’enracinement local » (p. 113).
  • Un « ordre expérientiel » relevant du du « rapport au sensible » (p. 99) → « style sauvage » (p. 114) ; on pourrait dire aussi primitiviste, qui fait penser aux loisirs d’ensauvagement décrits par Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier dans L’utopie sauvage (merci à Anne Gagnant de Weck de nous en avoir parlé).

Suivent deux « ordres » dont les affinités avec des styles de préparation sont plus flottantes :

  • Un « ordre écologique » sensible à la dégradation du vivant.
  • Un « ordre socio-économique » miné par la « précarisation » (p. 98). En effet, « la perte d’emploi et la dégradation de ses conditions de vie sont aussi significativement évoquées » (p. 90), davantage, semble-t-il, parmi les interviewés que sur les forums en général, lesquels laissent apparaître une « passion de l’informatique » (p. 63) qui fait à écho aux nôtres sur la forte présence des informaticiens au sein d’une association telle qu’Adrastia. Difficile de savoir si l’importance de l’informatique concerne l’engagement dans la préparation en général, ou les forums observés en particulier. La présence de l’effritement de la société salariale en toile de fond sur lequel la figure du survivaliste émerge fait penser aux réflexions de Robert Castel sur la décantation croissante, à la faveur du démantèlement des institutions qui donnaient une certaine réalité au principe d’une société d’égaux, entre individus par excès et par défaut (La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu). Le champ de la préparation à l’effondrement présente une ambiguïté entre ces deux pôles de l’individualité post-salariat, notamment du fait du transfert qu’une partie de ses participants semble viser, entre des faiblesses en ce monde et la chance de s’affirmer pleinement comme individu dans le monde effondré.

Deux autres styles de préparation sont répartis de façon moins lisible entre les motifs :

  • – Un style « autonomiste » visant l’autosuffisance alimentaire (p. 113). Ceux pouvant déjà mettre en scène « leur vie en autonomie à la campagne » (« perçue comme plus résiliente et faisant davantage sens ») font figure de points d’arrivée par rapport auquel les autres participants prennent un statut d’aspirants (p. 61).
  • – un style « débrouillard » (p. 113), qui entre en tension avec des imaginaires de la survie davantage tournés vers l’accumulation d’artefacts « techniques » (p. 59).

La pluralité des motifs et des styles de préparation se régule à travers une spécialisation des groupes électroniques, dont certains sont politisés à l’extrême droite. Parmi eux, une « forte présence d’anciens militaires ou policiers » qui se perçoivent comme en lutte contre le « Grand Remplacement » (p. 84) et pour lesquels le « survivalisme » apparaît comme une pratique à favoriser en vue de l’autodéfense des civils lors de la guerre civile raciale dans laquelle ils se projettent.

Sur fond de désarroi politique

Le projet explicitement politique de petits groupes voyant avant tout dans le survivalisme un répertoire de pratiques utiles en vue d’une opportunité à saisir (par les armes) fait figure de cas limite par rapport à un champ de la préparation qui semble surtout le revers d’un extrême désenchantement vis-à-vis des médiations collectives de l’action. Le survivalisme à proprement parler se démarque en effet des « communautés de l’effondrement » en délaissant la question de « ce à quoi on se prépare » au profit de la pratique. Celle-ci est définie par défaut par l’évitement de la politique (« interdiction de discuter politique » p. 71), comprise comme oiseuse et inutilement conflictuelle, en une sorte de rétrécissement stoïcien du champ d’action à « ce qui dépend de nous » – un nous idéaltypiquement néolibéral, consommateur et éventuellement propriétaire, disposant de temps pour agir sur soi et sur ses entours, mais qui serait fou de s’investir dans les hasards blessants d’une action partagée avec ses concitoyens.

Au lieu de broder une version « sociologique » de la stigmatisation de l’égoïsme survivaliste, le mémoire essaie de comprendre les raisons de « l’impossible prise collective » (p. 100) dont ses interviewé.es témoignent. Cette impossibilité n’exclut pas le recueil, en entretien, de paroles critiques : « Malgré l’évitement du politique à l’œuvre sur les réseaux survivalistes, la majorité des préparations portent une critique des institutions jugées incapables d’apporter une solution collective » (100). Comme dit un interviewé : « le vivant se casse la gueule, les ressources se raréfient, l’Etat régalien se pète la gueule. Donc, en fait, je vais être responsable de mon avenir » (p. 102) sous l’angle d’une émancipation par rapport à la tutelle paternelle de l’État (salarié dans la restauration, 29 ans, études littéraires, projet d’installation rurale en province).

autre citation du même interviewé, p.73.

L’impression d’une incapacité des institutions a été renforcée par la crise sanitaire du Covid 19, qui exacerbe le souci de « ne pas avoir à être dépendant d’institutions vis-à-vis desquelles la confiance est rompue » (p. 102).

Cependant, la contestation s’interdit ici le recours une « logique de revendication » (p. 79), ou aux « outils classiques de la contestation » (p. 104), à commencer bien sûr par les partis. Les enquêtés montrent une « défiance plus généralisée à l’égard de toute forme d’organisation politique qui prétend représenter [leur]s intérêts » (p. 104), en un renversement du « fétichisme politique » que décrivait Bourdieu dans les années 1980, autour du rapport des classes populaires au Parti Communiste. L’épisode des Gilets Jaunes, auquel plusieurs interviewé.es avaient pris une part enthousiaste, a ici joué un rôle en se soldant par une déception, voire un écœurement décisifs pour basculer vers le seul souci de « se sauver soi-même » (p. 106).

Ce redoublement du refus de la marche du monde par un refus des moyens institués de l’infléchir « n’élude toutefois pas complètement le politique et des formes d’agir en commun » (p. 107), mais en les relocalisant à une échelle de voisinage ou de territoire restreint, perçue comme moins trompeuse. « [F]aire tache d’huile » (p. 108), comme dit une enquêtée, semble une stratégie raisonnable. Quant aux réseaux survivalistes aux-mêmes, ils donnent lieu à des équilibres fragiles entre méfiance et coopération, voire « émulation » (p. 58), mais ne penchent pas vers une action collective.

Reste alors une conclusion en négatif sur ce que l’essor du survivalisme révèle de la perception des possibilités politiques par une frange de la population : « La puissance d’attractivité du survivalisme, et plus globalement de la préparation, apparaît alors comme symptomatique de l’absence de cadres collectifs susceptibles de proposer une alternative ou un moyen de lutter lorsque le futur tend à s’obscurcir » (p. 129).