Séminaire “Romantisme, écologie et effondrement”

Nous consacrons le premier billet de ce carnet à l’annonce du séminaire, déjà commencé, que Maxime Bello (doctorant en sociologie au Sophiapol) organise cet automne à Nanterre.

Ajout de décembre 2019: pour suivre les reports de séance nécessités par l’adaptation au mouvement social en cours, suivre ce lien.

Date(s): du 17 septembre 2019 au 23 janvier 2020

Lieu(x)Bâtiment W (Max Weber), Bâtiment D (Henri Lefebvre)

Depuis quelques années, on assiste à la diffusion d’un corpus savant annonçant l’effondrement à venir de notre civilisation. Cette perspective affecte un large spectre de groupes sociaux qui ont en commun de vivre au quotidien dans un monde qu’ils savent condamné et dont ils pensent vivre la chute de leur vivant. Les recherches en cours sur le sujet montrent que ces groupes socialement hétérogènes produisent de façon récurrente une critique des différentes facettes de la modernité capitaliste (mécanisation, extension du domaine de la marchandise, rationalité instrumentale, désenchantement du monde) au nom de valeurs et d’idéaux du passé. Ainsi, le développement de l’idéologie du progrès et l’économicisme seraient à la source d’une bifurcation historique en passe de nous mener désormais à la grande catastrophe. On retrouve ainsi dans la bouche de ceux qui anticipent l’effondrement cette forme de critique que Michael Löwy et Robert Sayre nomment vision romantique du monde. Les auteurs avaient déjà noté qu’une des dernières incarnations historiques de cette vision du monde, l’écologie politique, était celle qui avait poussé le plus loin la critique romantique. C’est aussi celle qui, dès son émergence au début des années 1970, nous a offert une des esquisses les plus abouties d’une eschatologie sécularisée. Aujourd’hui, le retour en force des analyses scientifiques qui avaient déjà participé à son émergence la fait cette fois-ci déborder des milieux alternatifs dans lesquels elle s’était développée.

En mobilisant des recherches susceptibles de mettre à l’épreuve la typologie des romantismes produite par Michael Löwy et Robert Sayre dans leur ouvrage Révolte et mélancolie : le romantisme à contre-courant de la modernité (1992), ce séminaire vise à explorer les rôles qu’occupe la vision romantique du monde dans la vie quotidienne de ceux qui prévoient un effondrement prochain de notre civilisation ainsi que les formes d’actions politiques qui se dégagent de cet horizon.

Programme :

Séance introductive
Mardi 17 septembre 2019 / 14h30 – 17h
Bât. Weber salle de Séminaire 2
– Michael Löwy
Romantisme anticapitaliste et écologie

Puis certains jeudis, de 15h à 17h

Jeudi 26 septembre – Bât. D salle 201
– Jean Chamel (IHAR)
Écologie et collapsologie dans la continuité des contre-courants de la modernité

Jeudi 10 octobre – Bât. W salle 2
– Luc Semal (Cesco)
Perspective catastrophiste et effondrement(s)

Jeudi 24 octobre – Bât. D salle 201
– Stéphane François (GSRL/CNRS)
Romantisme restitutionniste d’extrême-droite et écologie

Jeudi 07 novembre – Bât. W salle 1
– Patrick Marcolini (RIRRA 21)
« Nous n’avons pas peur des ruines. – Vraiment ? »
Visions de l’effondrement dans la mouvance post-situationniste

Jeudi 28 novembre – Bât W salle 1 (séance à confirmer)
– Margot Verdier (Sophiapol) et Steve Fierens
Romantisme et effondrement à la ZAD de Notre-Dame des Landes

Jeudi 05 décembre – Bât W salle 2
– Fabrice Flipo (LCSP)
Écologisme et romantisme : les faux amis ?

Jeudi 19 décembre – Bât D salle 201
– Paolo Stuppia (CESSP)
Le biorégionalisme aux Etats-Unis

Jeudi 9 janvier

Jeudi 23 janvier

Collapsocio

On a vu depuis quelques années se diffuser, en langue française, le thème de “l’effondrement” écologique, s’appuyant à la fois sur un assombrissement progressif des grandes expertises internationales (GIEC ou IPBES), et sur des mises en récit posant des questions de salut. La “collapsologie” proposée par les chercheurs indépendants Pablo Servigne et Raphaël Stevens (2015) en est la variante la plus connue. Elle a non seulement atteint un large public (les ventes de leur essai approchant à l’heure actuelle des 100 000 exemplaires), mais inspiré la multiplication de productions variées (essais, articles journalistiques, mais aussi blogs, podcasts, vidéos). Elle a aussi porté l’essor de dizaines de forums voués à l’idée d’effondrement sur les réseaux sociaux, fréquentés par des milliers d’internautes. Parmi ces produits secondaires de l’essor d’un “effondrisme”, figurent également des mémoires d’étudiant.e.s de Master, ainsi que des thèses en cours, et quelques recherches conduites au-delà du niveau doctoral.
Constatant que la circulation de l’idée de l’effondrement constitue un phénomène social consistant, étudié pour le moment en ordre dispersé dans des travaux qui se connaissent trop peu les uns les autres, ce carnet vise à favoriser la coordination des recherches en cours en les répertoriant. Il s’agit autrement dit d’organiser un réseau émergent de chercheurs, qui aura lieu d’être actif tant que le phénomène étudié se poursuivra. Le carnet Collapsocio entend ouvrir plusieurs répertoires, destinés à être mis à jour en cas de besoin : sur les travaux récemment achevés et les enquêtes en cours, mais aussi éventuellement sur les ouvertures bibliographiques en-dehors de la sphère francophone de l’hémisphère Nord. Il s’agira également de relayer les événements scientifiques (journées d’études, séminaires) et les parutions propres à cette thématique, voire de proposer des suggestions de sujets de recherche, notamment à l’attention des étudiant.e.s de Master.