Les enquêtes par questionnaire sur le phénomène effondriste

(en préparation…)

Étude indépendante par Guillaume Pitiot, à l’automne 2018, sur « les changements de comportement des collapsologues« .

Sondage Huffington Post/YouGov: (novembre 2019; échantillon représentatif de la population nationale française agée de 18 ans et plus).

Jean-Laurent Cassely et Jérôme Fourquet: « La France, patrie de la collapsologie? » Enquête pour la Fondation Jean Jaurès, février 2020.

« Collapsologie: réalisme ou catastrophisme? » Étude de l’Institut Aristoclès.

Journée d’études « Questionner l’effondrement » le 21/11 à Lille

« L’effondrement économique, social et/ou politique des sociétés contemporaines n’est aujourd’hui pour nombre de chercheurs plus simplement une hypothèse mais bien un processus en cours. Parallèlement aux débats autour du concept d’anthropocène (Bonneuil et Fressoz, 2013 ; Beau et Larrère., 2018), l’émergence de la « collapsologie » (Servigne et Stevens, 2015) et sa forte diffusion médiatique sont le signe d’une transformation de notre rapport collectif à l’avenir. […] »

« […] Dans des sociétés construites sur des dynamiques de croissance économique, l’appréhension de l’effondrement est de l’ordre de l’inconcevable puisque nos sociétés ont fait de l’illimitation de leur production, de leurs besoins et de leurs rejets la matrice de leur fonctionnement (Latouche, 2015). Or, quand l’inconcevable ne l’est plus, quand la catastrophe devient certaine (Dupuy, 2004), quelles réactions les individus et groupes sociaux peuvent-ils avoir ? […] » (extraits de l’appel à communications)

Programme définitif

Lieu : Site universitaire du Pont de Bois, Université de Lille, Villeneuve d’Ascq.

Amphi B7

 Entrée libre. Dans la mesure du possible, s’inscrire en écrivant à paul.cary@univ-lille.fr

 8h30 : Accueil (devant l’Amphi B7)

 9 h : Ouverture

Philippe Sabot (Vice-Président Recherche, Université de Lille)

Paul Cary, Alexandra Célié, Nadia Garnoussi, Yann Le Lann (CERIES, Université de Lille)

 Session 1. 9h15- 11 h15

La collapsologie : essai de définition et rapport aux sciences sociales.

Discutant : Jacques Rodriguez (Université de Lille / CERIES)

Luc Semal (Museum National d’Histoire Naturelle / CERAPS) : « La perspective catastrophiste et la question de l’effondrement ».

Alexandre Monnin (ESC Clermont Auvergne / Origens Media Lab) : « De l’Anthropocène à l’Effondrement. Comment les sciences sociales ont-elles (jusqu’ici) réagi face à l’effondrement ? ».

Nicolas Géraud (Chercheur indépendant, Grenoble): « Scepticisme sociologique, aporie prospective, fragilités rhétoriques : les limites épistémologiques de la collapsologie ».

 Maxime Bello (Université Paris Nanterre) : « Sauver Bourdieu de l’effondrement ».

Session 2. 11h 15- 12 h 45

Qui se mobilise contre l’effondrement ?

Discutante: Nadia Garnoussi (Université de Lille / CERIES)

Pierre-Eric Sutter (Observatoire de la vie au travail / Mars-lab) / KE Conseil), Loïc Steffan (Institut national universitaire Champollion – Albi), Dylan Michot : « Effondrement du monde : de la collapsophobie et la collapsosophie ».

 Cyprien Tasset (Université Paris 7 / LCSP) : « Faire atterrir socialement l’audience de l’effondrement. Sociographie d’un forum effondriste ».

 Collectif Quantité critique : « Marcher pour conjurer l’effondrement ?  Les trois formes de la conscience écologique au sein des manifestations pour le climat ».

DEJEUNER.

12h45 – 14 h 15. Restaurant Le Polder, Hellemmes (Métro Square Flandres)

Session 3 / 14h15 – 15h 45

Les espaces du discours effondriste.

Discutante : Hélène Melin (Université de Lille / CLERSE)

Arnaud Le Marchand (Université du Havre –Normandie / CNRS-IDEES) : « Que se passe-t-il quand l’effondrement a déjà commencé ? L’éolien offshore une construction industrielle et inspirée ».

 Karl Berthelot (EHESS / Géographie Cités) : « Les modes de vie face au risque d’effondrement : de l’institutionnalisation des questions écologiques urbaines aux engagements écocitoyens enracinés aux territoires ».

 Yves Mirman (Institut d’Etudes Politiques Aix / CHERPA) : « Projeter l’avenir écologique à l’aune de la mémoire des catastrophes environnementales passées : les défis des memory studies ».

Session 4 : / 15h45 – 17 h 45

Faire face à l’effondrement : luttes sociales et alternatives.

Discutant : Yann Le Lann (Université de Lille / CERIES)

Alexandra Bidet (CNRS / CMH): « Faut-il « avertir de la fin des temps pour exiger la fin des touillettes » ? Les ressorts de l’engagement écocitoyen ».

Tobias Etienne-Greenwood (Université de Pau et des Pays de l’Adour / CNRS Passages) : « Détruire les prises sensibles : Secteur hydrocarbure et expériences du monde dans le gisement de Vaca Muerta, Argentine ».

Magali Della Sudda (Sciences Po Bordeaux / CNRS-Centre Emile Durkheim) : « Ce que la contamination du monde fait aux femmes : perspectives Alter-féministes sur l’Effondrement ».

 Edouard Morena (University of London Institute in Paris) : « L’effondrement comme stratégie : Extinction Rebellion et l’agenda climatique international ».

17 h 45. Conclusion.

Parution du dossier « Est-il trop tard pour l’effondrement? » dans Multitudes n°76.

« Une vague de discours sur l’effondrement semble déferler sur la France. À l’horizon de la décennie qui vient, une panique bancaire, une pénurie énergétique pourraient briser les chaînes d’approvisionnement qui remplissent nos supermarchés, nous laissant cruellement démunis… Que faut-il penser de cet imaginaire collapsologiste ? Robinsonnade, allié objectif des stratégies de choc, vecteur de désespoir démobilisant ? Ce dossier cherche à sortir des spéculations polémiques, pour observer comment les collapsonautes vivent l’effondrement en cours. La collapsologie fraie peut-être de nouvelles sensibilités et de nouvelles pratiques – différemment politiques.« 

La « majeure » à laquelle j’ai travaillé avec Laurence Allard et Alexandre Monnin est désormais disponible sur Cairn, les résumés étant tous quant à eux en accès libre ici. Les trois dernières contributions du dossier proviennent de sociologues, et l’une des trois, celle d’Alexandra Bidet est directement issue d’un travail d’enquête (sur les réseaux sociaux consacrés à l’effondrement).

Le dossier est désormais (juillet 2020) en accès libre, à commencer par son Introduction.

Table des matières (à partir des épreuves du dossier).

Dans un esprit pragmatiste, notre Introduction appelle à empiriciser le thème de l’effondrement vers celui des expériences et des pratiques effondristes. Sans y faire immédiatement de la sociologie, nous y développons les raisons pour lesquelles il nous semble utile d’en faire: « Cette introduction invite à décadrer et à recadrer la thématique de l’effondrement, popularisée et médiatisée par la théorie dite « collapsologie », vers le plan des acteurs, des terrains, des temporalités, et des régimes d’énonciation. Nous appelons à documenter empiriquement ce que fait l’effondrement, et ce qu’en font celles et ceux à qui cette idée « fait » quelque chose. En effet, l’effondrisme pose la question des façons de se positionner non pas uniquement par rapport à une théorie, mais également par rapport à des expériences individuelles et collectives. Le dossier vise à comprendre comment la réception de la « collapsologie » donne lieu à des jeux complexes entre désemparement et capacités d’agir. L’atterrissage sur un sol anthropocénique de plus en plus critique mérite une décisive discussion collective. L’hypothèse de cette majeure est que les expériences effondristes ont une valeur d’expérimentation à cet égard, notamment en créant un zone discursive et praxique où des cultures et des expériences politiques différentes sont amenées à se rencontrer et à collaborer. »

Séminaire « Romantisme, écologie et effondrement »

Nous consacrons le premier billet de ce carnet à l’annonce du séminaire, déjà commencé, que Maxime Bello (doctorant en sociologie au Sophiapol) organise cet automne à Nanterre.

Ajout de décembre 2019: pour suivre les reports de séance nécessités par l’adaptation au mouvement social en cours, suivre ce lien.

Date(s): du 17 septembre 2019 au 23 janvier 2020

Lieu(x)Bâtiment W (Max Weber), Bâtiment D (Henri Lefebvre)

Depuis quelques années, on assiste à la diffusion d’un corpus savant annonçant l’effondrement à venir de notre civilisation. Cette perspective affecte un large spectre de groupes sociaux qui ont en commun de vivre au quotidien dans un monde qu’ils savent condamné et dont ils pensent vivre la chute de leur vivant. Les recherches en cours sur le sujet montrent que ces groupes socialement hétérogènes produisent de façon récurrente une critique des différentes facettes de la modernité capitaliste (mécanisation, extension du domaine de la marchandise, rationalité instrumentale, désenchantement du monde) au nom de valeurs et d’idéaux du passé. Ainsi, le développement de l’idéologie du progrès et l’économicisme seraient à la source d’une bifurcation historique en passe de nous mener désormais à la grande catastrophe. On retrouve ainsi dans la bouche de ceux qui anticipent l’effondrement cette forme de critique que Michael Löwy et Robert Sayre nomment vision romantique du monde. Les auteurs avaient déjà noté qu’une des dernières incarnations historiques de cette vision du monde, l’écologie politique, était celle qui avait poussé le plus loin la critique romantique. C’est aussi celle qui, dès son émergence au début des années 1970, nous a offert une des esquisses les plus abouties d’une eschatologie sécularisée. Aujourd’hui, le retour en force des analyses scientifiques qui avaient déjà participé à son émergence la fait cette fois-ci déborder des milieux alternatifs dans lesquels elle s’était développée.

En mobilisant des recherches susceptibles de mettre à l’épreuve la typologie des romantismes produite par Michael Löwy et Robert Sayre dans leur ouvrage Révolte et mélancolie : le romantisme à contre-courant de la modernité (1992), ce séminaire vise à explorer les rôles qu’occupe la vision romantique du monde dans la vie quotidienne de ceux qui prévoient un effondrement prochain de notre civilisation ainsi que les formes d’actions politiques qui se dégagent de cet horizon.

Programme :

Séance introductive
Mardi 17 septembre 2019 / 14h30 – 17h
Bât. Weber salle de Séminaire 2
– Michael Löwy
Romantisme anticapitaliste et écologie

Puis certains jeudis, de 15h à 17h

Jeudi 26 septembre – Bât. D salle 201
– Jean Chamel (IHAR)
Écologie et collapsologie dans la continuité des contre-courants de la modernité

Jeudi 10 octobre – Bât. W salle 2
– Luc Semal (Cesco)
Perspective catastrophiste et effondrement(s)

Jeudi 24 octobre – Bât. D salle 201
– Stéphane François (GSRL/CNRS)
Romantisme restitutionniste d’extrême-droite et écologie

Jeudi 07 novembre – Bât. W salle 1
– Patrick Marcolini (RIRRA 21)
« Nous n’avons pas peur des ruines. – Vraiment ? »
Visions de l’effondrement dans la mouvance post-situationniste

Jeudi 28 novembre – Bât W salle 1 (séance à confirmer)
– Margot Verdier (Sophiapol) et Steve Fierens
Romantisme et effondrement à la ZAD de Notre-Dame des Landes

Jeudi 05 décembre – Bât W salle 2
– Fabrice Flipo (LCSP)
Écologisme et romantisme : les faux amis ?

Jeudi 19 décembre – Bât D salle 201
– Paolo Stuppia (CESSP)
Le biorégionalisme aux Etats-Unis

Jeudi 9 janvier

Jeudi 23 janvier

Collapsocio

On a vu depuis quelques années se diffuser, en langue française, le thème de « l’effondrement » écologique, s’appuyant à la fois sur un assombrissement progressif des grandes expertises internationales (GIEC ou IPBES), et sur des mises en récit posant des questions de salut. La « collapsologie » proposée par les chercheurs indépendants Pablo Servigne et Raphaël Stevens (2015) en est la variante la plus connue. Elle a non seulement atteint un large public (les ventes de leur essai approchant à l’heure actuelle des 100 000 exemplaires), mais inspiré la multiplication de productions variées (essais, articles journalistiques, mais aussi blogs, podcasts, vidéos). Elle a aussi porté l’essor de dizaines de forums voués à l’idée d’effondrement sur les réseaux sociaux, fréquentés par des milliers d’internautes. Parmi ces produits secondaires de l’essor d’un « effondrisme », figurent également des mémoires d’étudiant.e.s de Master, ainsi que des thèses en cours, et quelques recherches conduites au-delà du niveau doctoral.
Constatant que la circulation de l’idée de l’effondrement constitue un phénomène social consistant, étudié pour le moment en ordre dispersé dans des travaux qui se connaissent trop peu les uns les autres, ce carnet vise à favoriser la coordination des recherches en cours en les répertoriant. Il s’agit autrement dit d’organiser un réseau émergent de chercheurs, qui aura lieu d’être actif tant que le phénomène étudié se poursuivra. Le carnet Collapsocio entend ouvrir plusieurs répertoires, destinés à être mis à jour en cas de besoin : sur les travaux récemment achevés et les enquêtes en cours, mais aussi éventuellement sur les ouvertures bibliographiques en-dehors de la sphère francophone de l’hémisphère Nord. Il s’agira également de relayer les événements scientifiques (journées d’études, séminaires) et les parutions propres à cette thématique, voire de proposer des suggestions de sujets de recherche, notamment à l’attention des étudiant.e.s de Master.