Programme : Sauver le monde ou se sauver soi-même ? Penser les engagements préfiguratifs en contexte néolibéral – 20 et 21 juin 2024

Jeudi 20 juin

  • 9h30 – 10h : Accueil & Café
  • 10h-10h15 : Remerciements et introduction

10h15 -11h45. Utopies en pratique. La préfiguration à l’épreuve du travail et de ses divisions.

Modération : Emeline Fourment (Université de Rouen / CUREJ)

  • Engagements préfiguratifs au sein de « sanctuaires » antispécistes : quelles trajectoires et quels rapports de pouvoir ?Joséphine Guichard (ENS Lyon) et Phœbé Mendes (Université Paris-Nanterre / ISP)
  • L’espace urbain, le patriarcat en moins ? Dimensions préfiguratives du « féminisme constructif » des maisons et centres des femmes des années 1970-1980 Marie Cabadi (Université d’Angers TEMOS ; IEP de Toulouse / LaSSP)

Discussion : Marion Charpenel (Université de Rouen / Dysolab)

12h00-14h00. Pause déjeuner & Café

14h00-15h45. Préfiguration en actes. Les processus de décision et d’organisation à l’épreuve du temps.

Modération : Romane Soler (Université de Rouen / Dysolab)

Se réunir entre collapsos : et ensuite ? Maxime Bello (Université Paris-Cité / Philépol)

  • L’action directe d’un point de vue féministe : la politique préfigurative dans les milieux féministes des années 1970 aux Etats-Unis Adèle Payet (ENS de Lyon / Triangle, Université de Laval)
  • Construire l’égalité par la politisation collective et le développement individuel. Le cas du collectif éco-préfiguratif de Chavirel Romane Rozencwajg (Université Paris 8 / CRESPPA, LabToP) 
  • Discussion : Irène Pereira (Université de Rouen / CIRNEF)

15h45-16h15. Pause

16h15-18h. Des pratiques préfiguratives néolibérales ? Logiques contestataires et attestataires

Modération : Agathe Lelièvre (Université de Rouen / CUREJ)

  • Les modes d’énonciation et de diffusion de la préfiguration dans les squats Coralie Douat (Université Paris Nanterre / ISP / Labex PasP)
  • Le survivalisme, enfant terrible du néolibéralisme ? Nathan Gaborit (UCLouvain — Saint-Louis Bruxelles / CÉSIR)
  • La préfiguration de la transformation écologique et solidaire aux prises avec les instruments de gestion Pierre Musseau (Université Paris 1/CESSP, Metapolis)
  • Discussion : Cécilia Calheiros (Université de Rouen / Dysolab ; EHESS-Paris / CéSor) 

Vendredi 21 juin

8h30-9h00. Café

9h00-10h45. Politisation du privé ou repli sur soi ? Pratiques préfiguratives à la marge des mouvements sociaux

Modération : Cécilia Calheiros (Université de Rouen / Dysolab ; EHESS-Paris / CéSor) 

  • Sarah Boudjema (Université de Strasbourg) Panser le monde depuis la marge. Luttes des paysan.ne.s de l’Union des travailleur.euse.s Sans Terre (UST) de Mendoza en Argentine
  • Irène Courtin (Université de Genève) Les sanctuaires animalistes comme « entreprises préfiguratives » : l’exemple de la Suisse romande
  • Cécile Talbot (Université de Lille / CERAPS) Développer un espace safe par l’autodéfense féministe : une reproduction de l’ordre du genre ?
  • Discussion : Agathe Lelièvre (Université de Rouen / CUREJ) et Romane Soler (Université de Rouen / Dysolab)

11h00-12h45. Faire bonne figure ? Rapport entre individuel et collectif aux limites de la préfiguration

Modération : Juliette Duléry (Université de Rouen / CUREJ)

  • Se sauver (soi-même) pour sauver le monde ? Politisation des pratiques préfiguratives et hybridation du modèle exit, voice et loyalty Anne de Rugy, (Université Paris Est Créteil / LIPHA)
  • Sauver le monde ou se sauver soi-même? Les dilemmes sotériologiques de la « conversion écologique » Gauthier Simon (Université de Bordeaux / Institut de recherche Montesquieu)
  • Qu’est-ce qui pourrait sauver les animaux ? Sur quelques tiraillements paradoxaux du projet préfiguratif antispéciste Nolwenn Veillard, (Université de Rennes / Arènes)
  • Discussion : Sylvaine Bulle (ENSA – Université Paris-Cité / LAP)

12h45-13h00. Mot de conclusion

Lieux

Salle C110 – 3 avenue Pasteur
Rouen, France (76)

Participation

Entrée libre sur inscription.

Pour s’inscrire : colloqueprefiguration2024@proton.me

AAC – Colloque “Sauver le monde ou se sauver soi-même ? Penser les engagements préfiguratifs en contexte néolibéral”

La rhétorique de la crise économique qui domine l’orientation des politiques gouvernementales actuelles repose sur un régime d’historicité présentiste (Hartog 2012) dans lequel la gestion de l’urgence s’impose au détriment d’autres horizons temporels. Si cette “tyrannie du présent” (Baschet 2018) favorise le maintien d’un statu quo néolibéral au nom du réalisme et du pragmatisme, elle n’éradique pas pour autant la “prolifération de projections” (Guéguen et Jeanpierre 2022) quant aux futurs possibles. C’est précisément de ce contexte de crise permanente que naissent nombre d’initiatives aspirant à mettre en pratique, ici et maintenant, les conditions de réalisation d’un monde espéré. Ces initiatives s’arriment tantôt à une conception pessimiste du futur (catastrophisme et survivalisme), tantôt à la promesse d’un avenir radieux (transhumanisme), ou victorieux (évangélisme). Elles sont l’expression sociale, chacune de manière spécifique, d’un désespoir au regard de la situation présente qui fait naître le besoin de construire un monde autre. C’est de cet imaginaire qui se fait constituant qu’émerge l’action, celle qui cherche à imprimer dans la matérialité de ce monde la possibilité d’une vie meilleure (Bloch 1976; Desroche 1973). De là émergent une pluralité de pratiques que nous appelons ici “préfiguratives” en ce qu’elles visent à préfigurer la société rêvée, ou autrement dit, à mettre en actes, dans les gestes et interactions du quotidien, des idéaux sans attendre un changement global de société (Yates 2015). Ces pratiques ont pour caractéristique de s’appuyer sur une rhétorique de l’imminence plaçant le présent en tension entre un monde déjà-là et non encore advenu, typique des attentes eschatologiques religieuses ou séculières. 

Les pratiques préfiguratives constituent un objet encore peu étudié en sciences sociales, a fortiori en France. Si elles ont toujours existé, les approches dominantes de la sociologie du militantisme ont eu tendance à les négliger en prêtant attention avant tout aux modes d’actions visant à exposer des revendications auprès de l’État, dans la sphère publique (Goodwin et al. 1999). Depuis les années 2010, la multiplication des mouvements d’occupation de places ou de “Zones à Défendre” a néanmoins amené de plus en plus de chercheur·euses à s’intéresser à des formes d’engagements dont la “quotidianisation” est revendiquée (Pruvost 2017; Renou 2019). Dans un même temps, des travaux ont mis en évidence l’importance grandissante d’un “rapport pragmatiste” à l’engagement, où engagement collectif et affirmation de soi viennent s’articuler (Pereira 2007). Ces formes d’engagements ont alors été appréhendées à partir de diverses notions telles que “quiet activism” (Pottinger 2017), “every-day activism” (Dobson et Bell, 2006), “mouvements de mode de vie” (Haenfler et al., cité par Renou 2019), “résistance quotidienne” (Dobré 2003; Yates 2022) ou “politisation du moindre geste” (Pruvost 2015). Un ensemble de travaux ont proposé des réflexions similaires à partir de la notion d’utopie – concrète (Bloch 1976; Frémeaux et Jordan 2012; Lallement 2015), au présent (Carlsson et Manning 2010), ou réelles (Wright 2017). S’il est encore peu utilisé en France (Fourment 2021; Calheiros, 2023), le concept de “pratiques préfiguratives” tend à s’imposer dans l’espace anglophone (Leach 2013).

En choisissant cette notion, ce colloque veut traiter de la quotidianisation des engagements tout en interrogeant les temporalités inscrites dans ces pratiques concrètes, en lien avec un futur souhaité. La question des idéaux et des finalités des actions est cruciale pour l’analyse des pratiques préfiguratives. Dans un premier temps, on peut estimer qu’il est illusoire de croire que l’on peut agir à contre-courant d’une société sans être affectée par elle. Dans un second temps néanmoins, on peut entrer dans la complexité de l’objet pour interroger les processus par lesquels les acteur·ices parviennent ou échouent à incarner ici et maintenant, un monde “alternatif à celui que le cours ordinaire des choses prépare” (Renou 2019). Il s’agit également de comprendre les négociations et les ajustements opérés par les acteur·ices au gré des épreuves. En ce sens, le caractère individuel et performatif des pratiques préfiguratives résonne avec des logiques néolibérales qui invitent l’individu à devenir l’entrepreneur de toutes les sphères de son existence (Dardot et Laval 2010). Ces résonances sont-elles aussi identifié·es par les acteur.ices, et si oui, qu’en font ils·elles ?

Cette question se pose essentiellement pour les pratiques préfiguratives considérées comme progressistes. On sait pourtant qu’il existe des initiatives de “retour à la terre” conservatrices. Également, le retour du conservatisme religieux dans l’espace public mondial depuis les années 1970 (Casanova 1994), en particulier l’essor de la Droite chrétienne (Lo Mascolo 2024), s’articule à des pratiques qui ciblent l’école, la famille et le monde de l’entreprise en vue d’insuffler une transformation socio-politique du monde (Gonzalez 2014). Pour les fidèles, ce plan hégémonique devrait se concrétiser grâce à un militantisme quotidien dans les secteurs susmentionnés afin de s’investir dans un futur déjà présent. En outre, l’appel idéologique au maintien de l’ordre social présent s’articule également à des discours de transformation du monde. Ainsi, les “rêves de puissance” exprimés par exemple dans “le monde de l’innovation scientifique et technologique ou bien dans les discours sur le développement personnel” (Guéguen et Jeanpierre 2022) peuvent donner lieu à des pratiques visant à préfigurer ces idéaux capitalistes et néolibéraux. Or, l’exploration de ces pratiques préfiguratives “pas nécessairement progressistes” (Autin 2016) reste l’objet de peu de discussions, et ce en lien avec une marginalité plus générale des recherches sur les mouvements conservateurs (Agrikoliansky et Collovald 2014) ou, plus récemment, d’extrême-droite (Avanza 2018). Les analyser nous semble heuristique pour réévaluer la façon dont les pratiques préfiguratives ont été pensées jusqu’ici. C’est donc à partir d’une approche qui considère tant les militantismes progressistes que conservateurs, et qui s’intéresse à la complexité de la mise en œuvre des pratiques préfiguratives, que nous proposons de poser les questions suivantes: quelles idées et/ou croyances sous-tendent les pratiques préfiguratives ? Quelles formes prennent ces pratiques selon des contextes socio-politiques hétérogènes et des trajectoires de classe, genrées, sexuées et racialisées diverses ? Que font les injonctions néolibérales à ces engagements préfiguratifs ? Et enfin, comment enquêter au plus près de ces pratiques, par définition difficile d’accès car déployées dans des espaces privés et semi-privés, ceci au sein d’une Université toujours plus soumise à des injonctions néolibérales ?

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :  

Axe 1. Attentes eschatologiques, projets politiques et pratiques préfiguratives 

En premier lieu, nous nous pencherons sur l’articulation des politiques préfiguratives aux discours sur les temps de la fin. Si jusque dans les années 1960, les théories de la sécularisation prédisant la fin prochaine des religions dominaient, et que la fin des grands récits a été annoncée au tournant des années 1980 (Lyotard 1979; Gauchet 1985), force a été de constater que ces interprétations relevaient, au mieux, d’un court moment dans l’histoire, sinon d’une perspective occidentalo-centrée, voire hexagonale (Davie et Hervieu-Léger 1996). De nombreux travaux en sociologie des religions ont montré comment le religieux, loin de s’être étiolé, s’est au contraire recomposé depuis les années 1970 (Hervieu-Léger 1999; Casanova 1980; Berger 1999). Parmi les caractéristiques marquant la modernité religieuse, la mondanisation des croyances et des valeurs a eu pour conséquence de ramener la question du salut ici-bas et maintenant. Nous souhaitons articuler ce phénomène aux discours eschatologiques contemporains, religieux ou séculiers. En effet, si le regain d’intérêt pour l’étude des attentes eschatologiques a principalement été le fait des sciences sociales du religieux (Aubin-Boltanski et Gauthier 2014; Gagné 2020), la thématique déborde aujourd’hui de loin ce champ (Afeissa 2017) et appelle à de nouveaux questionnements. Tant d’un point de vue empirique qu’épistémologique, cet axe d’étude des pratiques préfiguratives entend ouvrir un dialogue fructueux entre la sociologie des mouvements sociaux et celle des religions autour de la transformation de l’espoir en engagement dès lors qu’il appelle à la mise en place de ces pratiques.

Ainsi, les eschatologies peuvent parfois s’actualiser dans des projets religieux socio-politiques conservateurs (Gonzalez 2014; van der Tol et Rowley 2021). C’est le cas du projet théocratique actuel des évangéliques qui se fonde sur une eschatologie victorieuse et optimiste ancrée dans le présent – ainsi qu’une visée de restaurer un passé “des origines” – et non plus dans le futur, abandonnant par là même le pessimisme et la passivité propre au fondamentalisme classique (Ibid). La question des temps de la fin se donne également à voir avec le projet transhumaniste qui aspire à la transcendance de la condition humaine – la posthumanité – par le recours à la technoscience. Il s’est constitué en un mouvement social biopolitique cherchant à faire reconnaître à l’échelle mondiale le vieillissement et la mort comme un problème social contre lequel lutter, une maladie qu’il faut soigner. La revendication de la nécessité morale d’en finir avec Homo Sapiens s’accompagne de stratégies de déploiement tant à l’échelle industrielle qu’à l’échelle des militants1 transhumanistes par la mise en place de pratiques d’augmentation et d’optimisation de soi (Calheiros 2023). D’autres eschatologies séculières, comme celles s’articulant aux discours sur la catastrophe et l’effondrement de la société (Afeissa 2017; Frogneux 2013; Foessel 2012), se font prégnantes dans le contexte socio-écologique actuel – surtout depuis des perspectives occidentalocentrées (Danowski et Viveiros de Castro 2016). Bien que la “démarginalisation” de ces “perspectives catastrophistes” (Semal 2019) soit difficile à mesurer, il n’en reste pas moins que les mouvements actuels se confrontent à ces annonces d’une potentielle fin collective. Du côté des “pratiques alternatives postcapitalistes historiquement indexées à une représentation progressiste de l’histoire” (Jeanpierre et Guéguen 2022) se pose la question de leur recomposition à l’aune de ces discours eschatologiques. Pouvant susciter désespoir ou espérance (Pelluchon 2023), les débats sont vifs sur ce que font ces perspectives de l’effondrement aux imaginaires alternatifs, et in fine à l’action. Réduisent-elles les futurs possibles à un seul scénario catastrophique ou nourrissent-elles, à partir de ce monde effondré, l’invention de nouvelles utopies ? Engendrent-elles des postures passives, voire de repli réactionnaire, ou sont-elles motrices d’actions subversives et émancipatrices ? (Blanchard et al, 2022). Comment ces espérances et ces craintes sur le devenir collectif s’articulent-elles à des mises en pratiques locales ? Les communications pourront ainsi rendre compte de l’articulation entre attentes eschatologiques, religieuses ou séculières avec la pensée et l’action politique.

Axe 2 : Rapports de pouvoir, prédispositions à l’engagement et pratiques préfiguratives

Il s’agit, dans ce deuxième axe, de réfléchir aux articulations entre caractéristiques sociales et contextes socio-politiques des acteur·ices avec le choix d’un engagement ancré dans leur mode de vie. Aussi, qui sont ces acteur·ices de pratiques préfiguratives et quelle(s) position(s) occupent-t-ils et elles dans l’espace social ? Comment les appartenances de classes affectent-elles ces pratiques ? Ces pratiques sont-elles tributaires d’un contexte politique contraignant fortement la participation politique, ou au contraire constituent-elles une voie supplémentaire de contestation ? In fine participent-elles à contester et/ou à reproduire l’ordre social en place et les rapports de domination qui s’y rattachent ?  

Tout d’abord, la littérature et les luttes féministes ont montré depuis les années 1970 l’importance de porter attention aux dimensions politiques de ce qui relève du privé au travers d’une “micro-politique du proche” (Pateman 1989), invitant ainsi à élargir les terrains d’enquête au-delà des espaces publics (Clair 2016). Alors que les pratiques préfiguratives prennent place dans l’espace privé, il importe de questionner qui sont les acteur·ices les plus à mêmes d’adopter ce mode d’engagement, là où il semble que les femmes y soient surrepresentées (Guien et al. 2020). Des travaux montrent ainsi que ces pratiques peuvent opérer des formes de réassignation à l’espace privé pour les femmes (De Wilde and Parry 2022), bien que celui-ci revête des significations plurielles et puisse également être un “site de résistance” (hooks 1991). Par ailleurs, il apparaît que les engagements préfiguratifs peuvent également charrier des perspectives ambivalentes de l’émancipation, comme dans le cas du féminin sacré (Rimlinger 2021), ou encore au sein des mouvements conservateurs reposant sur une vision essentialiste des femmes (Della Sudda 2007). En second lieu, il apparaît que les pratiques écologiques de récupération sont marquées par la valorisation d’un “goût de la nécessité” (Bourdieu, 1979) mise en œuvre grâce à un travail concret et utile orienté vers la subsistance, parfois au sein d’un mode de vie simplicitaire (Mège 2017). Ce registre du “faire soi-même” peut ainsi s’inscrire dans des formes de romantisation de la culture populaire ou du travail manuel, qui semble être plutôt le fait des classes intellectuelles. Dès lors, la dimension de classe invite à rendre compte de ces pratiques quotidiennes qui peuvent être soit considérées comme ce qui reste aux acteur·ices dominé·es au sein de “l’infrapolitique” (Scott 2009), soit considérée comme une manière supplémentaire de se “distinguer” des “pratiques de consommation de masse” (Grisoni et Nemoz 2017). La forme entrepreneuriale que peuvent prendre ces engagements questionne par ailleurs leur potentielle “sujétion” aux logiques néolibérales de l’entreprise. Isabelle Hajek (2020) montre ainsi que les pratiques anti-gaspillages qui préfigurent une économie de la récupération semblent aux prises avec une double issue : devenir devenir le lieu “d’une possible émancipation” ou celui “d’une nouvelle aliénation”. Les communications traitant de la dimension de racialisation, de classe et de genre de ces pratiques quotidiennes, par exemple au fil de la mise en actes et en mots des engagements, sont bienvenues. 

Axe 3. Néolibéralisation de l’université, implication des chercheur·euses et engagements préfiguratifs

Dans ce troisième axe, il s’agira de mettre au jour les enjeux méthodologiques et épistémologiques s’articulant autour de la question de “l’implication” et des positionnements des chercheur·euses au regard de terrains portant sur les engagements préfiguratifs1. Concernant l’étude de mouvements sociaux progressistes, plusieurs travaux ethnographiques soulignent les entrelacs entre “expérience universitaire” et “militante”, comme étant les “deux faces d’une même démarche critique” (Verdier 2018). Cette position d’insider peut parfois relever de la ‘‘nécessité épistémique”, notamment dans un contexte de surveillance et de répression des mouvements étudiés (Corroyer 2022). Les difficultés peuvent être d’un tout autre ordre dans le cas d’enquête sur la dimension quotidienne d’engagements conservateurs, religieux, attestataires de l’ordre néolibéral, etc. La particularité de ces terrains soulève ainsi un certain nombre d’interrogations : à quels types de contraintes les ethnographes sont-ils et elles confronté·es lors des enquêtes de terrain ? Quelles stratégies mettent-ils et elles en place ? Comment gérer les effets de proximité idéologique ou religieuse, ou au contraire de distanciation, voire de répulsion, avec son objet (Avanza 2008) ? 

Ces interrogations ne se limitent toutefois pas au temps de recueil de données mais s’étendent également à ceux de l’écriture puis de la publication des travaux. Du sentiment d’“arrachement, voire d’auto-exclusion” vis-à-vis des milieux étudiés (Corroyer 2022), aux dilemmes éthiques posés par les possibles usages des données recueillies, l’ethnographe se trouve souvent seul·e pour gérer ces implications émotionnelles et décider “en conscience” ce qui peut être dévoilé sans “prendre le risque de nuire à ceux qui lui ont fait confiance” (Marchive 2012). Ces difficultés, souvent vécues à l’échelle individuelle, nous semblent alors non seulement inhérentes à ces sujets d’enquête, mais aussi construites et renforcées par le contexte de néolibéralisation de l’université. Celui-ci promeut “une vision productiviste des sciences sociales” (Nativel 2020) dans laquelle les questions qui pourraient “ralentir” cette productivité n’ont que peu d’espaces où être posées (Stengers 2014). À cela s’ajoute une perspective androcentrée de la science qui tend à éluder tout ce qui relève de l’intime et des relations dans les reconstructions a posteriori des enquêtes (Mohia 2008). Ce colloque se veut donc également être un moment de réflexion au sujet des conséquences des injonctions néolibérales sur la production de connaissances, les enquêtes de terrain, la relation aux enquêté·es et les chercheur·euses. 

Le détail des différents axes ainsi que les modalités de participation sont disponibles

Modalités concrètes

Les communications peuvent s’inscrire dans un ou plusieurs des trois axes proposés. Les auteur·ices peuvent venir de différentes disciplines : science politique, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, géographie, études urbaines, études féministes, information et communication. Le comité scientifique sera sensible aux efforts de ceux et celles-ci pour s’ancrer dans le questionnement général de la journée d’étude. Les propositions ne doivent pas excéder 500 mots et doivent être envoyées sous format PDF à l’adresse colloqueprefiguration2024@proton.me avant le 18 mars 2024. Les auteur·ices seront informé·es des retours avant le 1er avril 2024. Une publication sous forme de numéro spécial est envisagée à la suite du colloque. 

Comité d’organisation

Cécilia Calheiros, chercheuse post-doctorale en sociologie à l’Université de Rouen-Normandie, DySoLab et docteure associée au CéSor EHESS-Paris

Juliette Duléry, docteure en science politique, ATER à l’Université de Rouen-Normandie, CUREJ

Emeline Fourment, MCF en science politique à l’Université de Rouen-Normandie, CUREJ

Agathe Lelièvre, docteure en science politique, ATER à l’Université de Rouen-Normandie, CUREJ

Romane Soler, doctorante en sociologie à l’Université de Rouen-Normandie, DySoLab 

Comité scientifique

Marion Charpenel, Maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen-Normandie, DySoLab

Yannick Fer, Directeur de recherche en sociologie au CNRS et membre du Centre Maurice Halbwachs (CNRS/EHESS/ENS)

Laurent Jeanpierre, Professeur en science politique à Paris I, CESSP

Antoine Mégie, Maître de conférences en science politique à l’Université de Rouen-Normandie

Irène Pereira, Professeure des universités en sciences de l’éducation et de la formation, Université de Rouen-Normandie

Cécilia Calheiros, chercheuse post-doctorale en sociologie à l’Université de Rouen Normandie, DySoLab et docteure associée au Césor EHESS-Paris

Juliette Duléry, docteure en science politique, ATER en science politique à l’Université de Rouen-Normandie, CUREJ

Emeline Fourment, MCF en science politique à l’Université de Rouen-Normandie, CUREJ

Agathe Lelièvre, docteure en science politique, ATER en science politique à l’Université de Rouen-Normandie, CUREJ

Romane Soler, doctorante en sociologie à l’Université de Rouen-Normandie, DySoLab

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse mail du colloque !

Bibliographie 

Afeissa, Hicham-Stéphane. 2017. « Les habits verts de l’apocalypse ». Éditions Sciences Humaines (Petite bibliothèque). Les grands mythes. 144‑149.

Agrikoliansky, Eric, et Collovald Annie. 2014. « Mobilisations conservatrices: comment les dominants contestent? ». Politix 2(106) : 7-29. 

Aubin-Boltanski, Emma et Gauthier, Claudine. Penser la fin du monde. Paris : CNRS Editions, 2014. 

Autin, Grégoire. 2016. « Ouverture des possibles : Utopies concrètes et pratiques préfiguratives ». Possibles. 90‑101. 

Avanza, Martina. 2008. « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas « ses indigènes » ? ». Les Politiques de l’enquête. 41-58. 

2018. « Plea for an Emic Approach Towards “Ugly Movements”: Lessons from the Divisions within the Italian Pro-Life Movement ». Cogitatio 6(3) : 112-125. 

Baschet, Jérôme. Défaire la tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits. Paris : La Découverte, 2018. 

Berger, Peter L. The Desecularization of the World, Resurgent Religion and World Politics. Washington DC : Grand Rapids, Eerdmans, 1999.

Blanchard Enka, Li Vigni Fabrizio, et Tasset Cyprien. 2022. « Theories of Global Collapse ; Closing Down or Opening Up the Futures ? ». Journal of Futures Studies 27 (1) : 01-14. 

Bloch Ernst. Le principe Espérance. Tome I. Paris : Gallimard, 1976. 

Boltanski Luc et Chiapello Ève. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard (Coll. « Tel »), 2020 [1999].

Bourdieu, Pierre. La distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Les Editions de Minuit, 1979. 

Calheiros, Cécilia. 2023. « Scientisme, biopolitique et quête de transcendance : penser l’espérance transhumaniste ». Thèse de sociologie. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

Carlsson, Chris, et Francesca Manning. 2010. « Nowtopia: Strategic Exodus? ». Antipode 42 (4): 924‑53.

​​Casanova, José. Public Religions in the Modern World. Chicago : University of Chicago Press, 1994. 

Clair Isabelle. 2016. « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales 213 (3) : 66‑83.

Corroyer Pablo. 2022. « Embuer l’État », Champ pénal/Penal field, 26.

Danowski, Déborah, et Eduardo Viveiros de Castro. The Ends of the World. Cambridge Malden (Mass.): Polity Press, 2016. 

Dardot, Pierre et Laval, Christian. La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale. Paris : La Découverte, 2010. 

Davie, Grace et Hervieu, Léger. Identités religieuses en Europe. Paris : La Découverte, 1996.

Della Sudda, Magali. 2007. « Discours conservateurs, pratiques novatrices », Sociétés & Représentations, 2(24) : 211-231. 

De Wilde, Mandy et Sarah Parry. 2022. « Feminised Concern or Feminist Care? Reclaiming Gender Normativities in Zero Waste Living ». The Sociological Review 70 (3): 526‑46. 

Desroche Henri. Sociologie de l’espérance. Paris : Calmann-Levy, 1973. 

Dobré Michelle. L’écologie au quotidien, éléments pour une théorie sociologique de la résistance quotidienne. Paris : L’Harmattan, 2003. 

Dobson Andrew, Dereck Bell. Environmental citizenship. Londres : MIT Press, 2006.

Fer Yannick. Sociologie du pentecôtisme. Paris : Karthala, 2022. 

Foessel Michaël. Après la fin du monde: critique de la raison apocalyptique. Paris : Seuil (L’ordre philosophique), 2012.

Fourment Emeline. 2021. « Théories en action. Appropriations des théories féministes en milieu libertaire à Berlin et Montréal ». Thèse de science politique, spécialité sociologie politique comparée, IEP de Paris. 

Frémeaux Isabelle, Jordan John. Les sentiers de l’utopie. Paris : La Découverte, 2012. 

Frogneux Nathalie. 2013. « Michaël Fœssel, Après la fin du monde. Critique de la raison apocalyptique ». Revue Philosophique de Louvain 111 (4) : 805‑807.

Gagné, André. Ces évangéliques derrière Trump: Hégémonie, démonologie et fin du monde. Genève : Labor et Fides, 2020.

Gauchet, Marcel. Le désenchantement du monde : une histoire politique de la religion. Paris : Gallimard Collection Bibliothèque des Sciences humaines, 1985.  

Gonzalez, Philippe. Que ton règne vienne: des évangéliques tentés par le pouvoir absolu. Genève : Labor et Fides, 2014.

2014, “Sept montagnes pour les gouverner tous : Les transformations dominionistes de l’eschatologie charismatique”, in Penser la fin du monde, CNRS Éditions, Paris. 

Guéguen Haud, Jeanpierre Laurent. La perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver, et ce que nous pouvons faire. Paris : La Découverte, 2022. 

Guien Jeanne, Hajek Isabelle, Ollitrault Sylvie. 2020. « Femmes et lutte contre le gaspillage : un espace d’émancipation ou d’aliénation genrée ? ». Ecologie politique 60 (1) : 105‑119.

Goodwin, Jeff, Jasper, James M. et Khattra, Jaswinder. 1999. « Caught in a Winding, Snarling Vine: The Structural Bias of Political Process Theory ». Sociological Forum 14 (1) : 27‑54.

Grisoni Anahita, Némoz Sophie. 2017. « Les mouvements sociaux écologistes : entre réforme de soi et rapports de classe, entre histoires nationales et circulations européennes ». Socio-logos 12.

Hajek Isabelle. 2020. « Militer contre le gaspillage : reprendre en main sa vie, reprendre en main l’économie ? ». Écologie & politique 60 (1) : 13‑30.

Hartog, François. Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps. Paris : Points, (coll. « Histoire »), 2012. 

Hervieu-Léger, Danièle. Le pèlerin et le converti, la religion en mouvement. Paris : Flammarion, 1999.

hooks, Bell. 1991. « Homeplace : A Site of Resistance ». Yearning: race, gender, and cultural politics. London: Turnaround.

Lallement, Michel. 2015. L’Age du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil.

Leach, Darcy K. 2013. « Prefigurative Politics ». The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Social and Political Movements. Malden : Wiley.

Lo Mascolo Gionathan & Kristina Stoeckl. 2023. « The European Christian Right: An Overview ». The Christian Right in Europe : Movements, Networks, and Denominations, transcript Verlag, Bielefeld. 

Lyotard, Jean-François. La condition post-moderne. Les Editions de Minuit. Collection Critique, 1979. 

Marchive Alain. 2012. « Contrôle et autocensure dans l’enquête ethnographique. Pour une éthique minimaliste », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle 45 (4) : 77‑94.

Mège, Arnaud. 2017. « « Faire autrement » ». Terrains travaux 31 (2) : 63‑86.

Mohia-Navet Nadia. L’expérience de terrain: pour une approche relationnelle dans les sciences sociales. Paris : la Découverte (Recherches), 2008.

Nativel Corinne. 2020. « Grande-Bretagne : les sciences sociales à l’épreuve du néolibéralisme ». Savoir/Agir 53 (3) : 30‑39.

Pateman Carol. 1989. « Feminist Critiques of the Public/Private Dichotomy» dans Pateman C., The Disorder of Women, Stanford, Stanford University Press, 118-140.

Pelluchon, Corine. L’espérance, ou la traversée de l’impossible. Paris: Rivages, 2023. 

Pereira, Irène. 2007. « Individualité et rapports à l’engagement militant ». Interrogations. 

Pottinger, Laura. 2017. « Planting the Seeds of a Quiet Activism ». Area 49 (2): 215‑22. 

Pruvost. 2015. « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste ». Sociologie du travail 57 (1): 81‑103. 

2017. « Critique en acte de la vie quotidienne à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (2013-2014) ». Politix 117 (1) : 35‑62. 

Renou Gildas. 2020. « Exemplarité et mouvements sociaux », dans : Olivier Fillieule éd., Dictionnaire des mouvements sociaux. 2e édition mise à jour et augmentée. Paris, Presses de Sciences Po, « Références », 244-251.

Rimlinger, Constance. 2021. « Féminin sacré et sensibilité écoféministe. Pourquoi certaines femmes ont toujours besoin de la Déesse ». Sociologie 12 (1) : 77‑91.

Semal Luc. 2019. Face à l’effondrement: militer à l’ombre des catastrophes. Paris : Puf (L’écologie en questions).

Scott, James C. La Domination et les arts de la résistance: Fragments du discours subalterne. Paris : Amsterdam, 2009. 

Stengers, Isabelle. 2014. « Ralentir les sciences, c’est réveiller le chercheur somnambule ». Ecologie politique 48 (1): 61‑74.

Van der Tol Mariëtta et Rowley Matthew. « A Posture of Protest? The Search for Christian Identity in a post-secular society: between secularised eschatology and a sacralisation of history ». International Journal of Religion 2(2) : 101-113.

Verdier, Margot. 2018. « La perspective de l’autonomie : la critique radicale de la représentation et la formation du commun dans l’expérience de l’occupation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ». Thèse de sociologie. Université Paris Nanterre.

Wright, Erik Olin. Utopies réelles. Paris : La Découverte, 2017. 

Yates, Luke. 2015. « Rethinking Prefiguration: Alternatives, Micropolitics and Goals in Social Movements ». Social Movement Studies 14 (1) : 1‑21. 

Yates, Luke. 2022. « How everyday life matters: everyday politics, everyday consumption and social change ». Consumption and Society, 1(1) : 144-169.

1 L’écrasante majorité de ces militants étant des hommes, la féminisation du texte n’est pas appliquée ici.

2 Voir à ce sujet l’appel à communications de la journée d’étude Lieux de vie collectifs à visée écologique en milieu rural. La fabrique de l’autonomie organisée par Gabrielle de Chevron Villette, Arthur Contejean, Camille Moreau, et Romane Rozencwajg le 27 novembre 2023.

Appel à articles d’Ephemera: “Organizing for apocalypse”

Home

(…)

Doomsday preppers, however, are not the only ones to organize around and for global disaster. For instance, the notion of ‘collapsology’, first coined by Servigne and Stevens (2015), refers to the transdisciplinary study of the imminent collapse of industrial civilization. Using shock tactics and provocative videos designed to go viral, collapsologists aim to open people’s eyes to the negative effects of human (economic) activity on climate change and biodiversity. While this focus might seem pessimistic, proponents of collapsology (like some preppers) firmly believe that an opportunity to reset and reinvent society will emerge from the destruction caused by the impending apocalypse.

(…)

For this special issue, we invite contributions that consider organizing for apocalypse in all of its possible senses, as a specific event, present or future, as well as an organizing principle, literally or metaphorically speaking. Topics of concern might include, but should not be restricted to:

  • The political character of apocalyptic organizing
  • Apocalyptic organizing as a mode of activism
  • The collective and individual components of organized/organizing disaster
  • The implications of organizing for dystopic futures
  • The spatio-temporalities of apocalyptic thinking
  • Histories of the apocalypse and of apocalyptic organizing
  • The power relations and privileges of organizing for future (as opposed to lived) disaster
  • The role of (digital) media in organizing dystopian imaginaries
  • The affective and/or material dimensions of immanent disaster
  • Feminist and queer perspectives on the end of the world
  • Norms and values inherent to apocalyptic communities

The list is far from exhaustive, and we encourage diverse contributions, just as we invite anyone who would like to discuss an idea to reach out to the issue editors.

Deadline for submission of contributions: September 15, 2022.

Parution de Questionner l’effondrement

Cary, P., Garnoussi, N., & Le Lann, Y. (dir.) mars 2022. Questionner l’effondrement : Reconfigurations théoriques et nouvelles pratiques. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Couverture

Paul Cary, Nadia Garnoussi et Yann Le Lann Introduction. L’effondrement, last call pour les sociologues ?

Première partie. La catastrophe à l’épreuve des sciences sociales

Paul Cary Introduction de la première partie. La catastrophe pour réactiver l’utopie ? Laurent Plet Chapitre 1. Quelques réflexions sur l’idée de catastrophe en lisant Adorno Paul Cary Chapitre 2. La collapsologie, variante de l’écologie catastrophiste, et son analyse Jacques Rodriguez Chapitre 3. Rééquiper la sociologie pour faire face à la catastrophe ?

Deuxième partie. Qui se mobilise contre l’effondrement ?

Yann Le Lann Introduction de la deuxième partie. Les terreaux sociaux des mobilisations à l’ombre de l’effondrement Pierre-Éric Sutter, Loïc Steffan et Dylan Michot Chapitre 4. Enjeux écologiques et effondrements : de la collapsophobie à la collapsosophie Collectif Quantité Critique Chapitre 5. Marcher pour conjurer l’effondrement ? Dispositions effondristes au sein des grèves climats Cyprien Tasset Chapitre 6. Altérités effondristes et diplomaties sociologiques. Faire atterrir socialement le public de l’effondrement

Troisième partie. Les espaces du discours effondriste

Paul Cary et Hélène Melin Introduction de la troisième partie. Des effondrements et des territoires : cycles communs, vécus singuliers Hélène Melin Chapitre 7. L’effondrement à tous les étages : échelles de pensées et d’actions face à l’irréversible Karl Berthelot Chapitre 8. L’effondrement vu d’« en bas », entre logiques de distinction et quêtes de justice sociale

Étude des rapports de classe à l’écologie dans un quartier populaire

Arnaud Le Marchand Chapitre 9. Que se passe-t-il quand l’effondrement a déjà commencé ? L’éolien offshore, une construction industrielle et inspirée Tobias Etienne-Greenwood Chapitre 10. Détruire les « prises sensibles ». Risque d’effondrement et expériences du monde dans la formation d’hydrocarbures de Vaca Muerta, Argentine

Quatrième partie. Comment faire face à l’effondrement ? Repenser les luttes sociales

Nadia Garnoussi Introduction de la quatrième partie. La « politicité » de l’effondrement en questions Jean Chamel Chapitre 11. Aux racines de la collapsologie. Apocalyptique écologique, écopsychologie et courants spirituels alternatifs Magali Della Sudda Chapitre 12. Ce que la contamination du monde fait aux femmes : perspectives « alter-féministes » sur l’effondrement Alexandra Bidet et Solène Sarnowski Chapitre 13. « Y’a toujours à penser, à trouver mieux ». Moments effondristes et activisme du quotidien face à la catastrophe écologique Nadia Garnoussi Conclusion. Le paradigme effondriste, entre consensus factuels et conflictualités politiques des luttes écologistes

Appels à contributions fin 2021 (in english)

Deux appels à contributions cet automne, qui sans faire particulièrement d’appels du pied aux recherches menées en français, pourraient tout à fait accueillir des communications/articles tirés de certaines.

La revue Ephemera (que j’associe aux critical management studies) et le séminaire AlterEcos proposent ensemble un appel à communications sur “Organizing for apocalypse” à Copenhague en décembre prochain.

Home

Thèmes:

  • “The political character of apocalyptic organizing
  • Prepping and other forms of apocalyptic organizing as activism, protest movement, or social movement
  • The collective and individual components of organized/organizing disaster
  • The implications of organizing for dystopic futures
  • Prepping as a Western phenomenon
  • The role of digital media for organizing dystopian imaginaries
  • The affective and/or material dimensions of immanent disaster
  • The mainstreaming of prepping through traditional and social media
  • Feminist perspectives on the end of the world
  • Fundamental norms and values inherent to the prepper identity/apocalyptic communities”

Extrait du court texte de l’appel: “…prepping should no longer be considered a fringe phenomenon enacted solely by geeks and lunatics, but a mainstream activity for ‘serious and rational’ people (Saragosa, 2020). As such, it seems fair to conclude that people are increasingly organizing for apocalypse”.

Deadline le 24 octobre 2021.

Le Käte Hamburger Centre for Apocalyptic and Post-Apocalyptic Studies (CAPAS) de Heidelberg lance Apocalyptica, une revue en ligne, avec un appel assez large “Thinking with the End(s) of Worlds“, plutôt orienté “humanities” que sciences sociales.

Open Call · CAPAS
Picture from CAPAS website.

Thèmes:

  • “Anthropogenic climate change 
  • Nationalism and colonialism
  • Race, gender and sexuality
  • Social and ecological in/justice 
  • Apocalyptic temporalities (decentered futurisms, empirical histories, alternative memories)
  • Ghosts and haunting
  • Collective political imaginaries and resistance movements
  • Embodied experiences (viscerality, affect, sensibility, survival)
  • Dystopia and utopia
  • Cultural imaginaries, narratives, and practices (film, TV, literature, music, comics, video games, art, theatre, photography)
  • Animal studies and ecocriticism
  • Architecture and landscape (including social relations to the environment)
  • White supremacy and right-wing politics
  • Algorithmic governance (digital cultures, social media, surveillance) 
  • Securitization and nuclear warfare
  • Border politics and global mobilities
  • Pandemics and epidemics
  • Epistemologies of the apocalypse (philosophy, theology, anthropology)
  • Conceptualizing the ‘end’ of ‘worlds’ (scope, universality, and plurality).

We are seeking submissions that actively explore the apocalypse as a forceful figure of thought in order to grapple with the historical experiences, present confrontations, and future possibilities of (up)ending worlds.

Article length: 8,000-9,000 words

Deadline: 15 November 2021 

Contact: publications@capas.uni-heidelberg.de

L’existence d’une version vidéo de l’AAA dit quelque chose des moyens matériels et des orientations disciplinaires du Centre.

Ci-dessous, le § de présentation du projet scientifique du CAPAS: “How do we conceptualise the end of the world? What of the many worlds that have already ended? As anthropogenic climate change, increasingly polarized politics, and the COVID-19 pandemic anticipate the end of worlds, the idea of the apocalypse is gaining traction in popular and scholarly discourses. Apocalyptic imaginaries saturate artistic practices, media-narratives, political debates, socio-economic discourses and speculative imaginations. Simultaneously, apocalypses and their imagined aftermaths produce emancipatory and creative potentials that engage the possibility of plural worlds, embodied futurities, and non-linear temporalities“.

Survivalisme, État et fragilité

Compte-rendu de Nathan Gaborit: Ceux qui se préparent. Faire face à la « rupture de la normalité » dans le monde de la survie en France, Mémoire de Master 2 en sciences politiques, IEP de Paris, 2021.

Outre les obstacles d’accès à des terrains, le « survivalisme » présente à la sociologie des difficultés relevant plutôt de la construction d’objet :

  • La surdétermination normative, ou comme écrit Nathan Gaborit, le « registre théorico-normatif » (p. 10 – toutes les paginations de ce billet renvoient à son mémoire). Le personnage typique du « survivaliste » a pris place au cours de ces dernières années parmi les lieux communs qui balisent les réflexions sur l’écologie (voir par ex: Preparing for Collapse: The Concerning Rise of “Eco-Survivalism”). Il est important de se rendre compte des multiples façons dont des acteurs privilégiés se projettent dans un avenir qui s’excepte d’un lot commun catastrophique, mais le risque est alors de rabattre l’approche empirique du « survivalisme » à ce qui peut servir à définir en négatif une politique écologique souhaitable.
  • La décontextualisation folklorique, qui permet de se dégager des motifs de « concern » qui constituent la difficulté précédente, en construisant le survivalisme cette fois-ci comme une unité (sub-)culturelle, que l’enquête déclinerait en un chatoiement de détails folkloriques sans autres liens au reste de la vie sociale qu’une participation à un « imaginaire » contemporain, réceptacle de spéculations savantes éclectiques sur l’air du temps.

Le mémoire de Nathan Gaborit se démarque de ces deux voies en plaçant le rapport à l’État au cœur de son questionnement. Il soulève en effet un « paradoxe, caractérisé par d’un côté l’opposition apparente entre le survivalisme et l’État, et de l’autre, une certaine porosité entre ces sphères, ainsi que la mobilisation de schèmes discursifs similaires » (p. 6). Le « monde de la survie », autrement dit le champ de pratique de « ceux qui se préparent » à une « rupture de la normalité », est structuré par l’Etat à plusieurs titres, ou « traversé… par un paradigme gouvernemental » (p. 127).

Retenons deux sources parmi les appuis dont bénéficie le mémoire sur ce point :

  • Les travaux de sa directrice de mémoire sur le « monde des catastrophes naturelles » et leur prise en charge par des organisations internationales.
  • L’article brillant de Kezia Barker sur le « prepping » britannique, qui refuse son renvoi paresseux à une altérité pathologique et le comprend au contraire comme une réponse à la destruction néolibérale des supports collectifs et à l’injonction, relayée par les pouvoirs publics, à se responsabiliser : « la préparation britannique répond souvent aux fragilités personnelles, quotidiennes et “ordinaires” engendrées par les politiques d’austérité » (p. 11).

Cette attention à la « fragilité », suggérée par certains travaux ethnographiques, est aussi ici cultivée en s’inspirant d’Antoine Hennion, et en particulier d’un article coécrit avec Alexandre Monnin :

Paragraphe de clôture du mémoire de Nathan Gaborit, p. 132.

L’enquête sur le survivalisme ne cherche plus alors ses effets prioritairement dans le caractère intriguant ou condamnable de son objet nominal, mais veut se ranger dans « une socio-anthropologie des fragilités et des prises sur le monde au regard des futurs possibles, craints comme espérés » (p. 12). Il est alors cohérent de s’écarter d’approches davantage marquées par des jugements politiques : « la disqualification a priori de telles pratiques sous prétexte qu’elles seraient nécessairement individualistes, dépolitisées, maladroites ou même malsaines, nuit à la bonne compréhension de ce que l’expérience de la fragilité, vraisemblablement accentuée et plus fréquente lorsque l’imminence du désastre écologique se joint aux conséquences sociales des politiques néolibérales, nous fait – ou ne nous fait pas – faire » (p. 12). Le pari serait alors que cet allongement pragmatiste & compréhensif du détour vers la politique pourra fournir à celle-ci davantage de prises que les dénonciations qui sous-estiment l’érosion de l’autorité depuis laquelle elles s’énoncent.

Le corps du mémoire montre que ce cadre théorique est praticable dans les limites d’un Master. De concert avec une anthropologie de la « multiplicité des temporalités » (qui peut d’ailleurs rencontrer l’effondrisme en cours d’enquête, comme Madeleine Sallustio dans sa thèse sur les pratiques néo-paysannes), qui est aussi à l’œuvre chez N. Gaborit (p. 122 sq.), il constitue une proposition pour l’intégration des enquêtes en cours sur l’effondrisme dans des programmes plus larges.

Les histoires éclatées du survivalisme en France

Une première partie du mémoire offre une bonne synthèse des éléments qui concourrent à structurer le champ de la préparation à une rupture de normalité en France. Celui-ci « résulte d’histoires éclatées ». Un premier pôle de « rationalité gouvernementale » (militaire & de sécurité civile) a infusé au cours des dernières décennies du côté du management ainsi que de pratiques de loisirs qui en suivent la rationalité. Un second pôle, celui du « survivalisme » explicitement formulé et revendiqué comme tel, découle des reformulations et réactivations successives par la droite nationale-révolutionnaire française des propositions d’un essayiste suprémaciste blanc aux USA dans les années 1970.

La proximité de certaines positions de cet auteur avec des thématiques écologistes est troublante : « Our future lies in the past. (…) We can drop out and recreate the system of our own vigorous and creative ancestors. We can start with 19th Century science before it got away from the individual craftsman and innovator and was taken over by the accumulators of wealth and power. We can take up where our own ancestors left off in the development of sun, wind and steam power. Instead of letting the oil and utility companies sell us energy we can harness our own in community life-support systems. Throughout this paper, issue by issue by issue, you will see the possibilities for independence from the bigness which has put us all in so much danger » (Saxon, 1976, cité par N. Gaborit p. 31).

Mais ce courant très explicitement politisé est éclipsé en 2011 par le succès de l’essai Survivre à l’effondrement économique d’un ancien cadre commercial, proche du mouvement Egalité & Réconciliation, qui panache des références classiques de l’extrême droite dans un ensemble plus éclectique et ouvert à l’écologie, et prétend qu’il est temps de dépasser les arguties politiques vers l’impératif pratique de la préparation. Cette neutralisation partielle de la dimension partisane du survivalisme a facilité la sympathie d’une autre branche, celle des communautés électroniques du pic pétrolier, originellement ancrées à gauche mais disposées à discuter, face à l’imminence perçue de l’échéance catastrophique, d’un « Plan C » en cas d’échec du plan B de bifurcation radicale qu’ils aimeraient imposer, à l’encontre du plan A qu’est la poursuite du cours insoutenable des choses. Un traitement quantitatif des termes des échanges sur le forum électronique de ce courant montre que le terme d’« effondrement » y émerge à la suite de la parution du livre de San Giorgio en 2011, sans que la « collapsologie » de Servigne & Stevens y trouve un écho particulier.

Pluralité des motifs et des styles de préparation

A partir de l’enquête (interviews avec une quinzaine de personnes principalement rencontrées via les réseaux électroniques « survivalistes » francophones) une pluralité de formes de préparation apparaît, qui reflète et continue à entremêler les fils historiques discernés à la partie précédente. Les parcours de préparation émergent sur fond d’attachements perçus comme fragilisés, autrement dit « de l’expérience de la fragilité accompagnée d’une perte de prise sur un monde auquel on tient » (p. 88). Certains de ces attachements menacés tendent à être associés à des styles particuliers de préparation.

  • Un « ordre existentiel » dont la fragilité peut être éprouvée, par exemple, lors d’un incendie, → « style prévoyant » (p. 113) proche des conseils gouvernementaux aux populations civiles dans l’éventualité d’une évacuation.
  • Un « ordre sécuritaire » → style de préparation « militariste » (p. 112), souvent en continuité avec des expériences professionnelles ou para-professionnelle : « [n]ombreux sont […] ceux qui, par leur expérience de militaire, souvent d’infirmier ou encore d’acteur de la Protection Civile, justifient leur intérêt pour ces enjeux et donnent un ancrage institutionnel à leur savoir » (p. 62). La mise en scène (particulièrement masculine) d’expériences d’exposition au danger, où l’homme « se place en figure héroïque d’une situation exceptionnelle à venir » (p. 63), appelle une lecture de genre, et a déjà été bien remarquée dans des publications anglophones, comme cet article sur la « masculinité apocalyptique ».
  • Un « ordre des valeurs » (nationales, familiales : références conservatrices) débouche plutôt sur un style « communautariste » mettant l’accent sur « l’enracinement local » (p. 113).
  • Un « ordre expérientiel » relevant du du « rapport au sensible » (p. 99) → « style sauvage » (p. 114) ; on pourrait dire aussi primitiviste, qui fait penser aux loisirs d’ensauvagement décrits par Sébastien Dalgalarrondo et Tristan Fournier dans L’utopie sauvage (merci à Anne Gagnant de Weck de nous en avoir parlé).

Suivent deux « ordres » dont les affinités avec des styles de préparation sont plus flottantes :

  • Un « ordre écologique » sensible à la dégradation du vivant.
  • Un « ordre socio-économique » miné par la « précarisation » (p. 98). En effet, « la perte d’emploi et la dégradation de ses conditions de vie sont aussi significativement évoquées » (p. 90), davantage, semble-t-il, parmi les interviewés que sur les forums en général, lesquels laissent apparaître une « passion de l’informatique » (p. 63) qui fait à écho aux nôtres sur la forte présence des informaticiens au sein d’une association telle qu’Adrastia. Difficile de savoir si l’importance de l’informatique concerne l’engagement dans la préparation en général, ou les forums observés en particulier. La présence de l’effritement de la société salariale en toile de fond sur lequel la figure du survivaliste émerge fait penser aux réflexions de Robert Castel sur la décantation croissante, à la faveur du démantèlement des institutions qui donnaient une certaine réalité au principe d’une société d’égaux, entre individus par excès et par défaut (La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu). Le champ de la préparation à l’effondrement présente une ambiguïté entre ces deux pôles de l’individualité post-salariat, notamment du fait du transfert qu’une partie de ses participants semble viser, entre des faiblesses en ce monde et la chance de s’affirmer pleinement comme individu dans le monde effondré.

Deux autres styles de préparation sont répartis de façon moins lisible entre les motifs :

  • – Un style « autonomiste » visant l’autosuffisance alimentaire (p. 113). Ceux pouvant déjà mettre en scène « leur vie en autonomie à la campagne » (« perçue comme plus résiliente et faisant davantage sens ») font figure de points d’arrivée par rapport auquel les autres participants prennent un statut d’aspirants (p. 61).
  • – un style « débrouillard » (p. 113), qui entre en tension avec des imaginaires de la survie davantage tournés vers l’accumulation d’artefacts « techniques » (p. 59).

La pluralité des motifs et des styles de préparation se régule à travers une spécialisation des groupes électroniques, dont certains sont politisés à l’extrême droite. Parmi eux, une « forte présence d’anciens militaires ou policiers » qui se perçoivent comme en lutte contre le « Grand Remplacement » (p. 84) et pour lesquels le « survivalisme » apparaît comme une pratique à favoriser en vue de l’autodéfense des civils lors de la guerre civile raciale dans laquelle ils se projettent.

Sur fond de désarroi politique

Le projet explicitement politique de petits groupes voyant avant tout dans le survivalisme un répertoire de pratiques utiles en vue d’une opportunité à saisir (par les armes) fait figure de cas limite par rapport à un champ de la préparation qui semble surtout le revers d’un extrême désenchantement vis-à-vis des médiations collectives de l’action. Le survivalisme à proprement parler se démarque en effet des « communautés de l’effondrement » en délaissant la question de « ce à quoi on se prépare » au profit de la pratique. Celle-ci est définie par défaut par l’évitement de la politique (« interdiction de discuter politique » p. 71), comprise comme oiseuse et inutilement conflictuelle, en une sorte de rétrécissement stoïcien du champ d’action à « ce qui dépend de nous » – un nous idéaltypiquement néolibéral, consommateur et éventuellement propriétaire, disposant de temps pour agir sur soi et sur ses entours, mais qui serait fou de s’investir dans les hasards blessants d’une action partagée avec ses concitoyens.

Au lieu de broder une version « sociologique » de la stigmatisation de l’égoïsme survivaliste, le mémoire essaie de comprendre les raisons de « l’impossible prise collective » (p. 100) dont ses interviewé.es témoignent. Cette impossibilité n’exclut pas le recueil, en entretien, de paroles critiques : « Malgré l’évitement du politique à l’œuvre sur les réseaux survivalistes, la majorité des préparations portent une critique des institutions jugées incapables d’apporter une solution collective » (100). Comme dit un interviewé : « le vivant se casse la gueule, les ressources se raréfient, l’Etat régalien se pète la gueule. Donc, en fait, je vais être responsable de mon avenir » (p. 102) sous l’angle d’une émancipation par rapport à la tutelle paternelle de l’État (salarié dans la restauration, 29 ans, études littéraires, projet d’installation rurale en province).

autre citation du même interviewé, p.73.

L’impression d’une incapacité des institutions a été renforcée par la crise sanitaire du Covid 19, qui exacerbe le souci de « ne pas avoir à être dépendant d’institutions vis-à-vis desquelles la confiance est rompue » (p. 102).

Cependant, la contestation s’interdit ici le recours une « logique de revendication » (p. 79), ou aux « outils classiques de la contestation » (p. 104), à commencer bien sûr par les partis. Les enquêtés montrent une « défiance plus généralisée à l’égard de toute forme d’organisation politique qui prétend représenter [leur]s intérêts » (p. 104), en un renversement du « fétichisme politique » que décrivait Bourdieu dans les années 1980, autour du rapport des classes populaires au Parti Communiste. L’épisode des Gilets Jaunes, auquel plusieurs interviewé.es avaient pris une part enthousiaste, a ici joué un rôle en se soldant par une déception, voire un écœurement décisifs pour basculer vers le seul souci de « se sauver soi-même » (p. 106).

Ce redoublement du refus de la marche du monde par un refus des moyens institués de l’infléchir « n’élude toutefois pas complètement le politique et des formes d’agir en commun » (p. 107), mais en les relocalisant à une échelle de voisinage ou de territoire restreint, perçue comme moins trompeuse. « [F]aire tache d’huile » (p. 108), comme dit une enquêtée, semble une stratégie raisonnable. Quant aux réseaux survivalistes aux-mêmes, ils donnent lieu à des équilibres fragiles entre méfiance et coopération, voire « émulation » (p. 58), mais ne penchent pas vers une action collective.

Reste alors une conclusion en négatif sur ce que l’essor du survivalisme révèle de la perception des possibilités politiques par une frange de la population : « La puissance d’attractivité du survivalisme, et plus globalement de la préparation, apparaît alors comme symptomatique de l’absence de cadres collectifs susceptibles de proposer une alternative ou un moyen de lutter lorsque le futur tend à s’obscurcir » (p. 129).

Journée d’études “Questionner l’effondrement” le 21/11 à Lille

“L’effondrement économique, social et/ou politique des sociétés contemporaines n’est aujourd’hui pour nombre de chercheurs plus simplement une hypothèse mais bien un processus en cours. Parallèlement aux débats autour du concept d’anthropocène (Bonneuil et Fressoz, 2013 ; Beau et Larrère., 2018), l’émergence de la « collapsologie » (Servigne et Stevens, 2015) et sa forte diffusion médiatique sont le signe d’une transformation de notre rapport collectif à l’avenir. […]”

“[…] Dans des sociétés construites sur des dynamiques de croissance économique, l’appréhension de l’effondrement est de l’ordre de l’inconcevable puisque nos sociétés ont fait de l’illimitation de leur production, de leurs besoins et de leurs rejets la matrice de leur fonctionnement (Latouche, 2015). Or, quand l’inconcevable ne l’est plus, quand la catastrophe devient certaine (Dupuy, 2004), quelles réactions les individus et groupes sociaux peuvent-ils avoir ? […]” (extraits de l’appel à communications)

Programme définitif

Lieu : Site universitaire du Pont de Bois, Université de Lille, Villeneuve d’Ascq.

Amphi B7

 Entrée libre. Dans la mesure du possible, s’inscrire en écrivant à paul.cary@univ-lille.fr

 8h30 : Accueil (devant l’Amphi B7)

 9 h : Ouverture

Philippe Sabot (Vice-Président Recherche, Université de Lille)

Paul Cary, Alexandra Célié, Nadia Garnoussi, Yann Le Lann (CERIES, Université de Lille)

 Session 1. 9h15- 11 h15

La collapsologie : essai de définition et rapport aux sciences sociales.

Discutant : Jacques Rodriguez (Université de Lille / CERIES)

Luc Semal (Museum National d’Histoire Naturelle / CERAPS) : « La perspective catastrophiste et la question de l’effondrement ».

Alexandre Monnin (ESC Clermont Auvergne / Origens Media Lab) : « De l’Anthropocène à l’Effondrement. Comment les sciences sociales ont-elles (jusqu’ici) réagi face à l’effondrement ? ».

Nicolas Géraud (Chercheur indépendant, Grenoble): « Scepticisme sociologique, aporie prospective, fragilités rhétoriques : les limites épistémologiques de la collapsologie ».

 Maxime Bello (Université Paris Nanterre) : « Sauver Bourdieu de l’effondrement ».

Session 2. 11h 15- 12 h 45

Qui se mobilise contre l’effondrement ?

Discutante: Nadia Garnoussi (Université de Lille / CERIES)

Pierre-Eric Sutter (Observatoire de la vie au travail / Mars-lab) / KE Conseil), Loïc Steffan (Institut national universitaire Champollion – Albi), Dylan Michot : « Effondrement du monde : de la collapsophobie et la collapsosophie ».

 Cyprien Tasset (Université Paris 7 / LCSP) : « Faire atterrir socialement l’audience de l’effondrement. Sociographie d’un forum effondriste ».

 Collectif Quantité critique : « Marcher pour conjurer l’effondrement ?  Les trois formes de la conscience écologique au sein des manifestations pour le climat ».

DEJEUNER.

12h45 – 14 h 15. Restaurant Le Polder, Hellemmes (Métro Square Flandres)

Session 3 / 14h15 – 15h 45

Les espaces du discours effondriste.

Discutante : Hélène Melin (Université de Lille / CLERSE)

Arnaud Le Marchand (Université du Havre –Normandie / CNRS-IDEES) : « Que se passe-t-il quand l’effondrement a déjà commencé ? L’éolien offshore une construction industrielle et inspirée ».

 Karl Berthelot (EHESS / Géographie Cités) : « Les modes de vie face au risque d’effondrement : de l’institutionnalisation des questions écologiques urbaines aux engagements écocitoyens enracinés aux territoires ».

 Yves Mirman (Institut d’Etudes Politiques Aix / CHERPA) : « Projeter l’avenir écologique à l’aune de la mémoire des catastrophes environnementales passées : les défis des memory studies ».

Session 4 : / 15h45 – 17 h 45

Faire face à l’effondrement : luttes sociales et alternatives.

Discutant : Yann Le Lann (Université de Lille / CERIES)

Alexandra Bidet (CNRS / CMH): “Faut-il “avertir de la fin des temps pour exiger la fin des touillettes” ? Les ressorts de l’engagement écocitoyen”.

Tobias Etienne-Greenwood (Université de Pau et des Pays de l’Adour / CNRS Passages) : « Détruire les prises sensibles : Secteur hydrocarbure et expériences du monde dans le gisement de Vaca Muerta, Argentine ».

Magali Della Sudda (Sciences Po Bordeaux / CNRS-Centre Emile Durkheim) : « Ce que la contamination du monde fait aux femmes : perspectives Alter-féministes sur l’Effondrement ».

 Edouard Morena (University of London Institute in Paris) : « L’effondrement comme stratégie : Extinction Rebellion et l’agenda climatique international ».

17 h 45. Conclusion.

Parution du dossier “Est-il trop tard pour l’effondrement?” dans Multitudes n°76.

Une vague de discours sur l’effondrement semble déferler sur la France. À l’horizon de la décennie qui vient, une panique bancaire, une pénurie énergétique pourraient briser les chaînes d’approvisionnement qui remplissent nos supermarchés, nous laissant cruellement démunis… Que faut-il penser de cet imaginaire collapsologiste ? Robinsonnade, allié objectif des stratégies de choc, vecteur de désespoir démobilisant ? Ce dossier cherche à sortir des spéculations polémiques, pour observer comment les collapsonautes vivent l’effondrement en cours. La collapsologie fraie peut-être de nouvelles sensibilités et de nouvelles pratiques – différemment politiques.

La “majeure” à laquelle j’ai travaillé avec Laurence Allard et Alexandre Monnin est désormais disponible sur Cairn, les résumés étant tous quant à eux en accès libre ici. Les trois dernières contributions du dossier proviennent de sociologues, et l’une des trois, celle d’Alexandra Bidet est directement issue d’un travail d’enquête (sur les réseaux sociaux consacrés à l’effondrement).

Le dossier est désormais (juillet 2020) en accès libre, à commencer par son Introduction.

Table des matières (à partir des épreuves du dossier).

Dans un esprit pragmatiste, notre Introduction appelle à empiriciser le thème de l’effondrement vers celui des expériences et des pratiques effondristes. Sans y faire immédiatement de la sociologie, nous y développons les raisons pour lesquelles il nous semble utile d’en faire: “Cette introduction invite à décadrer et à recadrer la thématique de l’effondrement, popularisée et médiatisée par la théorie dite « collapsologie », vers le plan des acteurs, des terrains, des temporalités, et des régimes d’énonciation. Nous appelons à documenter empiriquement ce que fait l’effondrement, et ce qu’en font celles et ceux à qui cette idée « fait » quelque chose. En effet, l’effondrisme pose la question des façons de se positionner non pas uniquement par rapport à une théorie, mais également par rapport à des expériences individuelles et collectives. Le dossier vise à comprendre comment la réception de la « collapsologie » donne lieu à des jeux complexes entre désemparement et capacités d’agir. L’atterrissage sur un sol anthropocénique de plus en plus critique mérite une décisive discussion collective. L’hypothèse de cette majeure est que les expériences effondristes ont une valeur d’expérimentation à cet égard, notamment en créant un zone discursive et praxique où des cultures et des expériences politiques différentes sont amenées à se rencontrer et à collaborer.”

Séminaire “Romantisme, écologie et effondrement”

Nous consacrons le premier billet de ce carnet à l’annonce du séminaire, déjà commencé, que Maxime Bello (doctorant en sociologie au Sophiapol) organise cet automne à Nanterre.

Ajout de décembre 2019: pour suivre les reports de séance nécessités par l’adaptation au mouvement social en cours, suivre ce lien.

Date(s): du 17 septembre 2019 au 23 janvier 2020

Lieu(x)Bâtiment W (Max Weber), Bâtiment D (Henri Lefebvre)

Depuis quelques années, on assiste à la diffusion d’un corpus savant annonçant l’effondrement à venir de notre civilisation. Cette perspective affecte un large spectre de groupes sociaux qui ont en commun de vivre au quotidien dans un monde qu’ils savent condamné et dont ils pensent vivre la chute de leur vivant. Les recherches en cours sur le sujet montrent que ces groupes socialement hétérogènes produisent de façon récurrente une critique des différentes facettes de la modernité capitaliste (mécanisation, extension du domaine de la marchandise, rationalité instrumentale, désenchantement du monde) au nom de valeurs et d’idéaux du passé. Ainsi, le développement de l’idéologie du progrès et l’économicisme seraient à la source d’une bifurcation historique en passe de nous mener désormais à la grande catastrophe. On retrouve ainsi dans la bouche de ceux qui anticipent l’effondrement cette forme de critique que Michael Löwy et Robert Sayre nomment vision romantique du monde. Les auteurs avaient déjà noté qu’une des dernières incarnations historiques de cette vision du monde, l’écologie politique, était celle qui avait poussé le plus loin la critique romantique. C’est aussi celle qui, dès son émergence au début des années 1970, nous a offert une des esquisses les plus abouties d’une eschatologie sécularisée. Aujourd’hui, le retour en force des analyses scientifiques qui avaient déjà participé à son émergence la fait cette fois-ci déborder des milieux alternatifs dans lesquels elle s’était développée.

En mobilisant des recherches susceptibles de mettre à l’épreuve la typologie des romantismes produite par Michael Löwy et Robert Sayre dans leur ouvrage Révolte et mélancolie : le romantisme à contre-courant de la modernité (1992), ce séminaire vise à explorer les rôles qu’occupe la vision romantique du monde dans la vie quotidienne de ceux qui prévoient un effondrement prochain de notre civilisation ainsi que les formes d’actions politiques qui se dégagent de cet horizon.

Programme :

Séance introductive
Mardi 17 septembre 2019 / 14h30 – 17h
Bât. Weber salle de Séminaire 2
– Michael Löwy
Romantisme anticapitaliste et écologie

Puis certains jeudis, de 15h à 17h

Jeudi 26 septembre – Bât. D salle 201
– Jean Chamel (IHAR)
Écologie et collapsologie dans la continuité des contre-courants de la modernité

Jeudi 10 octobre – Bât. W salle 2
– Luc Semal (Cesco)
Perspective catastrophiste et effondrement(s)

Jeudi 24 octobre – Bât. D salle 201
– Stéphane François (GSRL/CNRS)
Romantisme restitutionniste d’extrême-droite et écologie

Jeudi 07 novembre – Bât. W salle 1
– Patrick Marcolini (RIRRA 21)
« Nous n’avons pas peur des ruines. – Vraiment ? »
Visions de l’effondrement dans la mouvance post-situationniste

Jeudi 28 novembre – Bât W salle 1 (séance à confirmer)
– Margot Verdier (Sophiapol) et Steve Fierens
Romantisme et effondrement à la ZAD de Notre-Dame des Landes

Jeudi 05 décembre – Bât W salle 2
– Fabrice Flipo (LCSP)
Écologisme et romantisme : les faux amis ?

Jeudi 19 décembre – Bât D salle 201
– Paolo Stuppia (CESSP)
Le biorégionalisme aux Etats-Unis

Jeudi 9 janvier

Jeudi 23 janvier

Collapsocio

On a vu depuis quelques années se diffuser, en langue française, le thème de “l’effondrement” écologique, s’appuyant à la fois sur un assombrissement progressif des grandes expertises internationales (GIEC ou IPBES), et sur des mises en récit posant des questions de salut. La “collapsologie” proposée par les chercheurs indépendants Pablo Servigne et Raphaël Stevens (2015) en est la variante la plus connue. Elle a non seulement atteint un large public (les ventes de leur essai approchant à l’heure actuelle des 100 000 exemplaires), mais inspiré la multiplication de productions variées (essais, articles journalistiques, mais aussi blogs, podcasts, vidéos). Elle a aussi porté l’essor de dizaines de forums voués à l’idée d’effondrement sur les réseaux sociaux, fréquentés par des milliers d’internautes. Parmi ces produits secondaires de l’essor d’un “effondrisme”, figurent également des mémoires d’étudiant.e.s de Master, ainsi que des thèses en cours, et quelques recherches conduites au-delà du niveau doctoral.
Constatant que la circulation de l’idée de l’effondrement constitue un phénomène social consistant, étudié pour le moment en ordre dispersé dans des travaux qui se connaissent trop peu les uns les autres, ce carnet vise à favoriser la coordination des recherches en cours en les répertoriant. Il s’agit autrement dit d’organiser un réseau émergent de chercheurs, qui aura lieu d’être actif tant que le phénomène étudié se poursuivra. Le carnet Collapsocio entend ouvrir plusieurs répertoires, destinés à être mis à jour en cas de besoin : sur les travaux récemment achevés et les enquêtes en cours, mais aussi éventuellement sur les ouvertures bibliographiques en-dehors de la sphère francophone de l’hémisphère Nord. Il s’agira également de relayer les événements scientifiques (journées d’études, séminaires) et les parutions propres à cette thématique, voire de proposer des suggestions de sujets de recherche, notamment à l’attention des étudiant.e.s de Master.