Parution du dossier « Est-il trop tard pour l’effondrement? » dans Multitudes n°76.

« Une vague de discours sur l’effondrement semble déferler sur la France. À l’horizon de la décennie qui vient, une panique bancaire, une pénurie énergétique pourraient briser les chaînes d’approvisionnement qui remplissent nos supermarchés, nous laissant cruellement démunis… Que faut-il penser de cet imaginaire collapsologiste ? Robinsonnade, allié objectif des stratégies de choc, vecteur de désespoir démobilisant ? Ce dossier cherche à sortir des spéculations polémiques, pour observer comment les collapsonautes vivent l’effondrement en cours. La collapsologie fraie peut-être de nouvelles sensibilités et de nouvelles pratiques – différemment politiques.« 

La « majeure » à laquelle j’ai travaillé avec Laurence Allard et Alexandre Monnin est désormais disponible sur Cairn, les résumés étant tous quant à eux en accès libre ici. Les trois dernières contributions du dossier proviennent de sociologues, et l’une des trois, celle d’Alexandra Bidet est directement issue d’un travail d’enquête (sur les réseaux sociaux consacrés à l’effondrement).

Le dossier est désormais (juillet 2020) en accès libre, à commencer par son Introduction.

Table des matières (à partir des épreuves du dossier).

Dans un esprit pragmatiste, notre Introduction appelle à empiriciser le thème de l’effondrement vers celui des expériences et des pratiques effondristes. Sans y faire immédiatement de la sociologie, nous y développons les raisons pour lesquelles il nous semble utile d’en faire: « Cette introduction invite à décadrer et à recadrer la thématique de l’effondrement, popularisée et médiatisée par la théorie dite « collapsologie », vers le plan des acteurs, des terrains, des temporalités, et des régimes d’énonciation. Nous appelons à documenter empiriquement ce que fait l’effondrement, et ce qu’en font celles et ceux à qui cette idée « fait » quelque chose. En effet, l’effondrisme pose la question des façons de se positionner non pas uniquement par rapport à une théorie, mais également par rapport à des expériences individuelles et collectives. Le dossier vise à comprendre comment la réception de la « collapsologie » donne lieu à des jeux complexes entre désemparement et capacités d’agir. L’atterrissage sur un sol anthropocénique de plus en plus critique mérite une décisive discussion collective. L’hypothèse de cette majeure est que les expériences effondristes ont une valeur d’expérimentation à cet égard, notamment en créant un zone discursive et praxique où des cultures et des expériences politiques différentes sont amenées à se rencontrer et à collaborer. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.