Journée d’études « Questionner l’effondrement » le 21/11 à Lille

« L’effondrement économique, social et/ou politique des sociétés contemporaines n’est aujourd’hui pour nombre de chercheurs plus simplement une hypothèse mais bien un processus en cours. Parallèlement aux débats autour du concept d’anthropocène (Bonneuil et Fressoz, 2013 ; Beau et Larrère., 2018), l’émergence de la « collapsologie » (Servigne et Stevens, 2015) et sa forte diffusion médiatique sont le signe d’une transformation de notre rapport collectif à l’avenir. […] »

« […] Dans des sociétés construites sur des dynamiques de croissance économique, l’appréhension de l’effondrement est de l’ordre de l’inconcevable puisque nos sociétés ont fait de l’illimitation de leur production, de leurs besoins et de leurs rejets la matrice de leur fonctionnement (Latouche, 2015). Or, quand l’inconcevable ne l’est plus, quand la catastrophe devient certaine (Dupuy, 2004), quelles réactions les individus et groupes sociaux peuvent-ils avoir ? […] » (extraits de l’appel à communications)

Programme définitif

Lieu : Site universitaire du Pont de Bois, Université de Lille, Villeneuve d’Ascq.

Amphi B7

 Entrée libre. Dans la mesure du possible, s’inscrire en écrivant à paul.cary@univ-lille.fr

 8h30 : Accueil (devant l’Amphi B7)

 9 h : Ouverture

Philippe Sabot (Vice-Président Recherche, Université de Lille)

Paul Cary, Alexandra Célié, Nadia Garnoussi, Yann Le Lann (CERIES, Université de Lille)

 Session 1. 9h15- 11 h15

La collapsologie : essai de définition et rapport aux sciences sociales.

Discutant : Jacques Rodriguez (Université de Lille / CERIES)

Luc Semal (Museum National d’Histoire Naturelle / CERAPS) : « La perspective catastrophiste et la question de l’effondrement ».

Alexandre Monnin (ESC Clermont Auvergne / Origens Media Lab) : « De l’Anthropocène à l’Effondrement. Comment les sciences sociales ont-elles (jusqu’ici) réagi face à l’effondrement ? ».

Nicolas Géraud (Chercheur indépendant, Grenoble): « Scepticisme sociologique, aporie prospective, fragilités rhétoriques : les limites épistémologiques de la collapsologie ».

 Maxime Bello (Université Paris Nanterre) : « Sauver Bourdieu de l’effondrement ».

Session 2. 11h 15- 12 h 45

Qui se mobilise contre l’effondrement ?

Discutante: Nadia Garnoussi (Université de Lille / CERIES)

Pierre-Eric Sutter (Observatoire de la vie au travail / Mars-lab) / KE Conseil), Loïc Steffan (Institut national universitaire Champollion – Albi), Dylan Michot : « Effondrement du monde : de la collapsophobie et la collapsosophie ».

 Cyprien Tasset (Université Paris 7 / LCSP) : « Faire atterrir socialement l’audience de l’effondrement. Sociographie d’un forum effondriste ».

 Collectif Quantité critique : « Marcher pour conjurer l’effondrement ?  Les trois formes de la conscience écologique au sein des manifestations pour le climat ».

DEJEUNER.

12h45 – 14 h 15. Restaurant Le Polder, Hellemmes (Métro Square Flandres)

Session 3 / 14h15 – 15h 45

Les espaces du discours effondriste.

Discutante : Hélène Melin (Université de Lille / CLERSE)

Arnaud Le Marchand (Université du Havre –Normandie / CNRS-IDEES) : « Que se passe-t-il quand l’effondrement a déjà commencé ? L’éolien offshore une construction industrielle et inspirée ».

 Karl Berthelot (EHESS / Géographie Cités) : « Les modes de vie face au risque d’effondrement : de l’institutionnalisation des questions écologiques urbaines aux engagements écocitoyens enracinés aux territoires ».

 Yves Mirman (Institut d’Etudes Politiques Aix / CHERPA) : « Projeter l’avenir écologique à l’aune de la mémoire des catastrophes environnementales passées : les défis des memory studies ».

Session 4 : / 15h45 – 17 h 45

Faire face à l’effondrement : luttes sociales et alternatives.

Discutant : Yann Le Lann (Université de Lille / CERIES)

Alexandra Bidet (CNRS / CMH): « Faut-il « avertir de la fin des temps pour exiger la fin des touillettes » ? Les ressorts de l’engagement écocitoyen ».

Tobias Etienne-Greenwood (Université de Pau et des Pays de l’Adour / CNRS Passages) : « Détruire les prises sensibles : Secteur hydrocarbure et expériences du monde dans le gisement de Vaca Muerta, Argentine ».

Magali Della Sudda (Sciences Po Bordeaux / CNRS-Centre Emile Durkheim) : « Ce que la contamination du monde fait aux femmes : perspectives Alter-féministes sur l’Effondrement ».

 Edouard Morena (University of London Institute in Paris) : « L’effondrement comme stratégie : Extinction Rebellion et l’agenda climatique international ».

17 h 45. Conclusion.


1 réflexion sur « Journée d’études « Questionner l’effondrement » le 21/11 à Lille »

  1. Journee tres interessante
    merci de me tenir au courant

    invitation :

    Dans le cadre de l’exposition photo « Panorama mondial des écosystèmes innovants », le Campus Créatif vous propose d’assister à deux conférences gratuites et ouvertes à tous.

    Conférences-débats animées par Célia Marie
    Amphi 47, 60 bd Vauban
    Contact : culture@univ-catholille.fr

    Jeudi 28 novembre à 18h
    « Les écosystèmes innovants, prospective »
    Avec Michel Saloff-Coste, directeur de la Prospective (UCL), Camille Gauthier, Eric Seuillet .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.